Accord trouvé pour le débarquement des 62 migrants bloqués au large de Malte

International

Les 62 migrants bloqués depuis plusieurs jours à bord du navire Alan Kurdi de l’ONG Sea-Eye vont être débarqués à Malte et transférés en Allemagne, en France, au Portugal et au Luxembourg, ont indiqué les autorités maltaises.

« Grâce à la coordination de la Commission européenne, avec la coopération de Malte, les migrants à bord du navire Alan Kurdi seront répartis entre quatre Etats membres: l’Allemagne, la France, le Portugal et le Luxembourg », a précisé le gouvernement.

« Aucun d’eux ne restera à Malte », a-t-il ajouté. Les migrants seront transférés du bateau vers un navire maltais qui les ramènera sur la terre ferme.

Le navire Alan Kurdi – baptisé par Sea-Eye en hommage au petit Syrien retrouvé noyé sur une plage turque – avait secouru le 3 avril ces migrants qui se trouvaient sur une embarcation de fortune au large de la Libye. Il a d’abord fait route vers l’île italienne de Lampedusa, mais le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), a estimé que c’était à Berlin de prendre en charge ces migrants secourus par une ONG allemande sur un navire battant pavillon allemand. Le navire a ensuite mis le cap sur Malte et navigue depuis autour du petit pays méditerranéen.

« Encore une fois, une pression inutile a pesé sur le plus petit Etat de l’Union européenne, chargé de résoudre un cas dont il n’était pas responsable », a poursuivi le gouvernement. « Une solution a été trouvée afin que la situation ne se détériore pas. Mais Malte ne peut pas continuer à endosser seul ce fardeau. »

Avant cette annonce, la France et l’Allemagne avaient déjà signalé leur volonté d’accueillir des migrants. Des responsables de l’ONU avaient eux demandé à ce que ces personnes soient débarquées en sécurité dans un port « le plus vite possible ».