A Taïwan, Nancy Pelosi dit être venue « en paix » dans la région: « Nous n’abandonnerons pas notre engagement envers Taïwan »

« Nous venons en amis à Taïwan, nous venons en paix dans la région », a déclaré Mme Pelosi, la plus haute responsable américaine à visiter Taïwan depuis 25 ans, lors d’une rencontre avec le vice-président du Parlement taïwanais Tsai Chi-chang. Elle a par ailleurs réaffirmé que les Etats-Unis n’oublieraient pas leur engagement envers Taïwan. « Aujourd’hui, notre délégation (…) est venue à Taïwan pour dire sans équivoque que nous n’abandonnerons pas notre engagement envers Taïwan et que nous sommes fiers de notre amitié durable », a déclaré Mme Pelosi lors d’un événement avec la présidente de l’île, Tsai Ing-wen.

Mme Pelosi, 82 ans, est arrivée mardi soir à Taipei à bord d’un avion militaire américain. Sa visite, qui n’avait pas été officiellement annoncée mais qui faisait l’objet d’intenses spéculations depuis plusieurs jours, a immédiatement fait réagir Pékin.

Dès l’arrivée de Mme Pelosi à Taïwan, le ministère chinois des Affaires étrangères a dénoncé « une grave violation » des engagements américains vis-à-vis de la Chine, qui « porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité » régionales. Et le gouvernement chinois a convoqué mardi soir l’ambassadeur américain à Pékin, Nicholas Burns.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Xie Feng, lui a exprimé les « protestations fermes » de son pays, ajoutant que « l’initiative (de Mme Pelosi de se rendre à Taïwan) est extrêmement choquante et les conséquences seront très graves », a rapporté l’agence Chine Nouvelle. Le ministère chinois de la Défense a quant à lui promis des « actions militaires ciblées », avec une série de manoeuvres militaires autour de l’île qui commenceront mercredi, dont « le tir de munitions réelles de longue portée » dans le détroit de Taïwan, qui sépare l’île de la Chine continentale.