A Kiev, une foule aux obsèques d’une figure du Maïdan tué au combat : « Il était le genre de personne qui aurait pu changer beaucoup de choses »

Roman Ratouchny est mort le 9 juin à l’âge de 24 ans près d’Izium, dans la région de Kharkiv, où les forces ukrainiennes sont confrontées à l’armée russe qui a envahi le pays le 24 février.

Samedi matin, quatre soldats ont porté le cercueil du défunt, salué par la foule, en présence de nombreux militaires. Le cercueil a été déposé à l’entrée du monastère pour la cérémonie funèbre.

Des centaines de personnes y ont assisté en silence, certaines portant des fleurs, d’autres avec un drapeau ukrainien sur le dos, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Bien que je ne le connaissais pas personnellement, j’ai ressenti (sa mort) comme une perte, car lorsque ma vision du monde s’est formée, (Roman) est devenu une personne qui a influencé ma vision et la personne que je suis maintenant », a déclaré à l’AFP Alina Horhol, une étudiante qui a assisté à la cérémonie.

« Roman était le genre de personne qui aurait pu changer beaucoup de choses dans notre société », a-t-elle ajouté.

Un rassemblement à sa mémoire est prévu à la mi-journée sur la place de l’Indépendance (Maïdan en ukrainien) et le cercueil sera mis en terre au cimetière Baïkove, dans le sud de Kiev, où sont enterrées de nombreuses personnalités ukrainiennes.

Le Maïdan a été le théâtre de manifestations proeuropéennes massives qui ont commencé fin 2013 pour aboutir en février 2014 à la chute du président pro-russe Viktor Ianoukovitch en 2014.

Parti combattre dans les rangs de l’armée ukrainienne comme nombre d’autres civils depuis le début de l’offensive russe, Roman Ratouchny était l’un des premiers étudiants à protester fin 2013 sur le Maïdan.

L’annonce en début de semaine de la mort de Roman Ratouchny, qui était aussi devenu un célèbre militant anticorruption, a suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux, parmi lesquelles celle de la légende du football anglais Gary Linecker qui a retweeté l’information en écrivant: « tragique ».

« Roman Ratouchny, l’un des étudiants manifestants battus par la police le premier soir de la révolution de Maïdan, (…), je l’ai interviewé plusieurs fois (…) un type très vif, très intelligent », a tweeté le journaliste Oliver Caroll.

Outre son engagement au Maïdan et contre la corruption en Ukraine, Ratouchny a dirigé l’ONG Protasiv Yar, du nom d’un lieu historique de Kiev défendu par des militants qui tentent de protéger cette zone de constructions illégales entraînant la destruction d’une grande forêt du quartier.

Son engagement au sein de cette ONG lui avait valu de menaces de mort. Il en avait appelé au président Volodymyr Zelensky et au procureur général de Kiev, mais aucune enquête pénale n’avait alors été ouverte.