A Hiroshima, le chef de l’ONU appelle à un désarmement nucléaire: « L’humanité joue avec un pistolet chargé »

Lors d’une cérémonie annuelle organisée dans la ville japonaise en hommage aux victimes du bombardement de 1945, Antonio Guterres a lancé un vibrant appel aux dirigeants du monde pour qu’ils retirent les armes nucléaires de leurs arsenaux.

Il y a 77 ans, « des dizaines de milliers de personnes ont été tuées d’un coup dans cette ville. Des femmes, des enfants et des hommes ont été incinérés dans un feu infernal », a-t-il dit.

« Des bâtiments se sont transformés en poussière. Des survivants ont été maudits par un héritage radioactif » de cancers et d’autres maladies, a ajouté M. Guterres.

« Nous devons nous demander: qu’avons-nous appris du champignon atomique qui a gonflé au-dessus de cette ville? »

Aujourd’hui, « des crises à forte connotation nucléaire se propagent rapidement, du Moyen-Orient à la péninsule coréenne en passant par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’humanité joue avec un pistolet chargé », a affirmé Antonio Guterres, réitérant les avertissements qu’il avait lancés cette semaine lors d’une conférence des pays signataires du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) à New York.

Le risque nucléaire hante les esprits depuis que la Russie a envahi son voisin ukrainien en février. L’ambassadeur de Russie au Japon n’a pas été invité à la cérémonie de samedi, mais il s’est rendu jeudi à Hiroshima pour déposer une gerbe de fleurs en hommage aux victimes.

Environ 140.000 personnes sont mortes à la suite du bombardement du 6 août 1945 à Hiroshima, un bilan qui inclut les personnes ayant survécu à l’explosion mais étant décédées ensuite en raison des radiations.