« 15.000€ pour les frais de secours et de sépulture » : bientôt une caution pour gravir le Mont-Blanc ?

En ce début de mois d’août, les recommandations du Préfet de Haute-Savoie et du Maire de Saint-Gervais sont claires : « Compte-tenu de la sécheresse, de la période de canicule importante, des importantes chutes de pierres qui rendent la traversée du couloir du Goûter extrêmement dangereuse, l’accès au toit de l’Europe occidental, le sommet du Mont-Blanc, est fortement déconseillée par la ‘Voie royale’ de Saint-Gervais, dite du Goûter« .

Si la voie normale vers le sommet le plus emblématique des Alpes n’est pas officiellement fermée, les compagnies de guides de Saint-Gervais et de Chamonix ont décidé de ne plus y emmener de clients au moins jusqu’au 15 août.

Malgré cela, certains alpinistes prennent encore le risque. Une situation qui exaspère le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, qui l’a fait savoir sur Twitter. « Le 30 juillet dernier encore,ce sont cinq Roumains qui voulaient tester l’ascension en shorts et baskets« , raconte-t-il. « Il a fallu que le haut-parleur du PGHM leur intime l’ordre de faire demi-tour avant la traversée du couloir du Goûter. S’ils ont bien fait demi-tour, ils ont déclaré qu’ils reviendraient le lendemain. »

Face à ce constat, le maire estime que les actes doivent maintenant remplacer les recommandations. Il propose ainsi de demander à chaque alpiniste qui voudra braver cette recommandation de verser une caution de 15.000€ pour couvrir les frais de secours et de sépulture. « Il est inadmissible que ce soit le contribuable français qui supporte ces charges« , dénonce-t-il.

Si la proposition semble exagérée, celle-ci vise principalement à dénoncer le coût de l’inconscience de quelques-uns et les risques qu’ils font courir aux secouristes ainsi qu’à décourager les alpinistes imprudents.