1300 bébés seraient décédés du Covid-19 au Brésil : « Je voulais faire tester mon fils, mais le médecin a refusé »


Après plus d’un an de pandémie de coronavirus, le Brésil est actuellement le deuxième pays le plus endeuillé au monde après les Etats-Unis avec plus de 360.000 morts. Parmi ces personnes disparues, 2060 seraient des enfants, dont 1302 des bébés selon une docteure de l’université de São Paulo, Fatima Marinho, interrogée par la BBC. Le média britannique partage en effet le témoignage d’une enseignante brésilienne, Jessika Ricarte, qui met en cause le manque de testing des enfants dans la disparition de son fils d’un an.

En mai 2020, elle amène son enfant à l’hôpital, inquiète de le voir respirer difficilement, fiévreux et très fatigué. Et cela même si la marraine, une infirmière n’identifie alors qu’un léger mal de gorge. Sur place elle demande un test covid, mais on l’envoie « balader ». « Ma chère, ne nous inquiétez pas. Il n’y a pas besoin d’un test covid. Ce n’est sûrement qu’un petit mal de gorge », lui aurait rétorqué le médecin, sous prétexte que tester les enfants pour le Covid-19 était extrêmement rare. La jeune maman repart alors à la maison avec des antibiotiques, qui selon son récit, ont fait disparaître certains symptômes au bout de dix jours, mais pas la fatigue. Malheureusement, quelques semaines plus tard l’état de Lucas s’empire. Le 3 juin, alors que son enfant vomit encore et encore, Jessika retourne à l’hôpital où il est enfin testé : positif. Lucas est transféré dans une unité pédiatrique de soins intensifs pour un syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-C), une réponse immunitaire extrême au virus. Il y décédera 33 jours plus tard. Aujourd’hui, cette maman reste convaincue que « son fils aurait survécu si on l’avait testé quand elle l’avait demandé en mai ». « Même si les médecins n’y croient pas, il faut toujours tester. Les bébés ne peuvent dire ce qui ne va pas. 70% de son poumon était déjà touché à ce moment-là. On a perdu un temps précieux », explique-t-elle à nos confrères britanniques. Le docteur qui s’est occupé de Lucas, Manuela Monte, confirme : « Il était déjà dans un état critique lorsqu’il est arrivé à notre hôpital ».

La docteure Fatima Morinho (Université de São Paulo) est, quant à elle, persuadée que le nombre d’enfants morts du Covid-19 avancé par le Ministère de la santé brésilien est sous évalué, « à cause du manque de tests réalisés ». Elle a elle même constaté  » un nombre 10 fois plus important de décès causés par des syndromes respiratoires aigus non spécifiés durant la pandémie par rapport aux années précédentes ». C’est en tenant compte de cette analyse qu’elle arrive au nombre de 2060 enfants disparus.