Wall Street reprend des couleurs après une ouverture dans le rouge

Wall Street montait mercredi peu après l’ouverture, les investisseurs attendant les détails de l’accord commercial sino-américain qui doit être signé dans la journée et digérant une salve de résultats d’entreprises de bonne tenue.

L’indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, prenait peu après 16H00 0,30%, à 29.026,00 points, après avoir démarré la séance dans le rouge.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,26%, à 9.275,58 points, et l’indice élargi S&P 500 progressait de 0,22%, à 3.290,22 points.

Wall Street avait terminé en ordre dispersé mardi, entre les chiffres trimestriels solides de grandes sociétés comme JPMorgan Chase, un regain d’incertitude sur les relations entre Washington et Pékin et l’idée que les indices sont déjà à un niveau élevé: le Dow Jones s’était apprécié de 0,11% tandis que le Nasdaq avait lâché 0,24%.

L’accord auquel sont parvenus des représentants américains et chinois sera normalement signé à la Maison Blanche à 11H30 locales (17H30 heure belge) en présence du vice-Premier ministre chinois, Liu He.

Il doit mettre temporairement fin à la guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales engagée par le président américain, Donald Trump, au printemps 2018.

« L’officialisation de cet accord n’est pas en soi une surprise », remarque Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. « Par contre, on ne sait pas encore ce qu’il y a exactement dans le document de 86 pages qui doit être dévoilé après la signature, et il y a sans doute un peu d’inquiétude sur le contenu du document final », avance le spécialiste.

Plusieurs grandes entreprises ont par ailleurs dévoilé leur résultats avant l’ouverture, l’assureur UnitedHealth (+2,19%), le gestionnaire d’actifs BlackRock (+1,71%) et Bank of America (-2,15%) dépassant les prévisions.

Les chiffres de Goldman Sachs (-0,49%) étaient plus mitigés avec une chute du bénéfice net de 26%, à 1,72 milliard de dollars, au quatrième trimestre.

La chaîne de supermarchés Target (-6,47%) a, en revanche, surpris en faisant part d’une augmentation de ses ventes de seulement 1,4% en novembre et décembre.

Or « Target fait partie des quelques grands magasins qui semblaient encore immunisés contre Amazon », relève M. Volokhine. « Avec cette déception, se concrétise l’idée qu’il y a de moins en moins de vainqueurs dans le secteur de la distribution ».

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis reculait à 1,795%, contre 1,856% mardi à la clôture.