Wall Street ouvre en légère baisse

Wall Street évoluait près de l’équilibre peu après l’ouverture mardi, surveillant les développements sur le front du commerce entre des informations de presse évoquant un possible report par Washington des tarifs douaniers sur des biens chinois et une réunion à Mexico sur l’accord de libre échange nord-américain.

  • Vers 16h20, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average baissait de 0,03% à 27.902,58 points.
  • Après avoir ouvert dans le rouge, le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,18%, à 8.637,56 points, et l’indice élargi S&P 500 de 0,01%, à 3.136,32 points.

Wall Street avait déjà terminé en baisse lundi, réservant son jugement à l’entame d’une semaine marquée par les négociations commerciales entre Washington et Pékin, les réunions des banques centrales américaine et européenne et les élections britanniques: le Dow Jones avait reculé de 0,38% et le Nasdaq de 0,40%.

Mardi, les investisseurs digéraient un article du Wall Street Journal affirmant que les Etats-Unis pourraient reporter l’imposition des droits de douane supplémentaires, actuellement prévue pour le 15 décembre et devant frapper quelque 160 milliards de dollars de biens chinois.

Mais « du point de vue du marché, cette nouvelle n’est pas une grande surprise« , a estimé Patrick O’Hare de Briefing.

« C’est un geste d’apaisement mais le marché avait déjà largement intégré l’idée que les taxes à l’importation devant entrer en vigueur le 15 décembre seraient reportées« , a-t-il ajouté.

De plus, « le président Donald Trump n’a pas encore confirmé ces informations » qui « proviennent de sources chinoises et n’ont pas été corroborées par des sources américaines« , a relevé le spécialiste.

Selon le Wall Street Journal, Washington s’efforce d’obtenir notamment un engagement ferme de Pékin sur l’achat massif de produits agricoles américains.

Réunion de la banque centrale 

Les principaux négociateurs du nouvel accord de libre-échange AEUMC, entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, devaient par ailleurs se retrouver mardi à Mexico pour peaufiner la ratification de ce traité.

Le document a subi quelques amendements par rapport au texte initialement signé le 30 novembre 2018.

« Les derniers événements sur le front commercial éclipsent toutes les autres informations macroéconomiques, comme les données meilleures que prévu sur les prix à la consommations en Chine, les données inférieures aux attentes sur la croissance au Royaume-Uni au troisième trimestre, une nouvelle hausse du moral des investisseurs en Allemagne et l’annonce d’un recul moins fort que précédemment estimé de la productivité au troisième trimestre aux Etats-Unis« , a souligné M. O’Hare.

Les acteurs du marché gardaient toutefois un oeil sur la Banque centrale américaine (Fed), qui a entamé une réunion monétaire de deux jours à l’issue de laquelle elle devrait mercredi laisser les taux d’intérêt inchangés après trois baisses consécutives cette année.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 1,842% contre 1,819% à la clôture lundi.

La banque Morgan Stanley, qui s’est vu infliger une amende de 20 millions d’euros par le gendarme boursier français pour « avoir manipulé le cours » de la dette française en 2015 en pleine crise grecque, s’appréciait de 0,18%.

Le groupe de sécurité informatique NortonLifeLock montait de 3,66% alors que, selon le Wall Street Journal, le groupe a attiré l’attention de plusieurs acheteurs potentiels dont son concurrent McAfee.

Le site spécialisé dans la vente de produits pour animaux Chewy s’appréciait de 0,56% après avoir fait part d’une perte un peu plus lourde que prévu mais d’un chiffre d’affaire supérieur aux attentes.