USA-Chine: un accord qui en appelle bien d’autres

Washington et la Chine n’ont pas encore réglé le nœud du problème.

Ce n’est pas encore l’entente cordiale entre les États-Unis et la Chine, loin s’en faut. « Ce n’est pas grand-chose et ça ne mène pas très loin sur les grandes questions« , a résumé Barry Naughton, de l’Université de Californie, interrogé par l’AFP.

L’accord conclu vendredi à Washington n’en est pas moins un premier pas vers un réchauffement des relations entre les deux pays, aux prises dans le cadre d’une guerre commerciale depuis l’an dernier.

Un premier pas à confirmer, bien entendu. « Il s’agit d’une étape importante, pas tant sur le contenu mais sur la méthode qui, avec beaucoup d’incertitude, peut mener à une série d’ententes progressives », a encore estimé Barry Naughton.

En vertu de cet accord, Pékin s’est engagé à acheter davantage de produits agricoles en provenance des États-Unis, une mesure réclamée de longue date par le président américain.

En suspens

En échange, la Chine a obtenu que Washington renonce à l’augmentation de 25 à 30 % des tarifs douaniers punitifs sur 250 milliards de dollars d’importations chinoises aux États-Unis.

« Les agriculteurs ont vraiment touché le gros lot ! », a assuré samedi l’hôte de la Maison-Blanche.

Le président américain, lui, espère remporter le jackpot avec cet accord en courtisant un électorat potentiellement clé, à savoir les agriculteurs. Mieux vaut les avoir dans sa poche plutôt que contre soi dans la perspective de l’élection présidentielle de novembre 2020, dans un peu plus d’un an.

Les agriculteurs américains avaient été particulièrement visés par les représailles chinoises. L’administration Trump a dû débloquer 28 milliards de dollars d’aides fédérales pour atténuer leurs pertes.

Des questions non résolues comme les subventions massives accordées aux entreprises d’État chinoises ou la question des technologies restent en suspens.