« Un nouveau coup dur pour de nombreux entrepreneurs », réagit l’Unizo

« Nous avons préconisé sur tous les tons une application plus stricte des mesures existantes, plutôt que d’introduire des mesures encore plus strictes. Mais le comité de concertation en a clairement décidé autrement », déplore son patron Danny Van Assche. 

 

« Nos pensées vont maintenant en particulier au secteur de l’hôtellerie et de la restauration, qui doit à nouveau fermer ses portes, et au secteur de l’événementiel, des foires et des salons, qui a lui aussi été particulièrement touché et qui doit à nouveau s’immobiliser, alors qu’il n’avait redémarré qu’à une fraction de sa capacité. Et ce, sans preuve tangible que ces secteurs seraient le moteur de cette nouvelle vague de coronavirus », pointe l’Unizo. Pour les patrons flamands, il est désormais clair que le virus tiendra la société, l’économie et les entrepreneurs en otage pendant un certain temps encore. 

« Il ne peut y avoir de véritable relance tant que chaque assouplissement est suivi d’un renforcement des mesures », estime Dany Van Assche. Pour l’Unizo, il est dès lors très important que tant les gouvernements fédéral et flamand prévoient un ensemble solide de mesures de soutien.