Tax-On-Web connaît (encore) des ratés: les comptables s’arrachent les cheveux

Ils demandent à reporter le dépôt des déclarations fiscales des indépendants.

On avait déjà connu des problèmes en juillet lors de la remise des déclarations fiscales des personnes physiques, et ce n’est visiblement pas terminé ! Les applications en ligne permettant de remplir sa déclaration fiscale sans passer par la bonne vieille version papier font de plus en plus d’adeptes en Belgique, mais les programmes ne semblent pas tenir la route face à cet afflux.

En juillet dernier, la date limite de déposition avait été repoussée au 15 du mois suite à plusieurs problèmes informatiques empêchant de rentrer sa déclaration dans les temps.

Si tout est rentré dans l’ordre pour les particuliers qui attendent désormais de savoir combien ils retoucheront ou paieront, c’est au tour des sociétés de rentrer leur déclaration d’impôts sur les sociétés via Biztax. La date limite est fixée au 26 septembre et celle pour les déclarations de TVA au 20 octobre prochain.

Mais, problème, les systèmes semblent à nouveau faire des caprices et les comptables en charge des dossiers s’arrachent les cheveux pour arriver à leurs fins ! « Cela fait en effet la troisième fois ce mois-ci que tous les e-services du SPF finances tombent en panne. Les comptables en ont vraiment assez des problèmes structurels et récurrents de ces e-services, indique le Syndicat neutre pour Indépendants (SNI). Ils craignent déjà de ne pas pouvoir respecter ces différentes échéances. Le SNI et la CRECCB, la Compagnie royale des Experts-Comptables et Comptables de Belgique demandent donc au ministre des Finances De Croo de proroger le délai de déclaration.« 

Une demande qui n’a pas encore trouvé écho auprès du ministre mais les différents acteurs persistent. « Si les autorités obligent les comptables à soumettre les déclarations de revenus des sociétés et des personnes physiques par le biais des applications Biztax et Tax-on-web, alors elles doivent s’assurer que le système fonctionne.« 

En outre, les deux organisations demandent au ministre de plancher enfin sur un système performant, « car, chaque année, les mêmes problèmes se posent : aux moments les plus chargés, ces applications fonctionnent à peine ou alors sont très lentes« .