Smartphones: Huawei accuse le coup en Europe

Entreprises & Start-up

Le groupe chinois de télécoms Huawei a vu ses parts sur le marché du smartphone en Europe reculer au deuxième trimestre 2019, selon les données compilées par le bureau d’études Canalys, une première depuis l’arrivée de ses téléphones sur le continent.

Le groupe basé à Shenzhen (sud de la Chine) a vu ses ventes de smartphones en Europe reculer de 16% par rapport au deuxième trimestre 2018, avec 8,5 millions d’appareils vendus, une performance qui ramène sa part de marché sous les 20% (à 18,8%).

Ce repli, le premier sur un trimestre pour Huawei en Europe, semble refléter les inquiétudes des consommateurs européens alors que le géant chinois fait l’objet de virulentes charges de la part de l’administration américaine, qui redoute un espionnage potentiel au profit de Pékin via ses équipements réseaux.

Liste noire

Huawei s’est retrouvé inscrit sur la liste des entreprises étrangères avec lesquelles les groupes américains de technologie ne peuvent plus commercer, ce qui implique notamment de risquer d’être coupé d’Android, le système d’exploitation mobile qui équipe tous ses appareils, contrôlé par Google.

Si Huawei a répété à de nombreuses reprises que cette interdiction serait sans conséquence pour ses appareils déjà vendus ou actuellement proposés à la vente, les données publiées par Canalys pourraient suggérer une appréhension chez les consommateurs européens.

Ces derniers semblent d’ailleurs privilégier en premier lieu les valeurs sûres, en se tournant d’abord vers le numéro un mondial, le sud-coréen Samsung, également premier en Europe.

Samsung s’envole au second trimestre

Au deuxième trimestre, Samsung a vu ses ventes de smartphones s’envoler de 20% en Europe, à 18,3 millions d’unités vendues, sa part de marché passant de 33,9% à 40,6% en un an.

Le sud-coréen devance désormais très largement Huawei, toujours au deuxième rang, et Apple, dont les ventes européennes ont également reculé de 17% sur un an, à 14,1% de part de marché.

Autre forte progression: le fabricant chinois Xiaomi a vu ses ventes gonfler de 48% sur le trimestre, confortant sa place de numéro 4, devant HMD Global (sous licence Nokia), au cinquième rang.

A eux trois, Samsung, Huawei et Apple contrôlent près des trois quarts (73,5%) du marché européen du smartphone.