Sam Bankman-Fried, un crypto-milliardaire au mode de vie spartiate et qui vise l' »altruisme efficace »

Une fois n’est pas coutume, Sam Bankman-Fried a revêtu mercredi un costume-cravate, délaissant ses traditionnels sweat à capuche et T-shirt foncé le temps d’une audition face à des sénateurs américains.

Les parlementaires avaient convoqué le multimilliardaire de 29 ans pour discuter de la régulation des actifs numériques en sa qualité de co-fondateur et directeur général de la plateforme d’échange de cryptomonnaies FTX.

Moins de trois ans après sa création, l’entreprise vient d’être valorisée à 32 milliards de dollars, une capitalisation qui la rapproche des géants Coinbase et Binance. La fortune personnelle de M. Bankman-Fried, devenu l’un des visages les plus célèbres des cryptomonnaies, est estimée à près de 25 milliards de dollars par le magazine Forbes, faisant de lui le 68e homme le plus riche de la planète.

« Le ton était plutôt consensuel », a confié le jeune patron à l’AFP. « De nombreux sénateurs veulent sincèrement en savoir plus sur ce marché et les moyens qu’a le gouvernement pour mieux le superviser ».

De Hong Kong aux Bahamas

Fils d’universitaires et diplômé en sciences physiques du prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT), Sam Bankman-Fried a travaillé comme courtier à Wall Street avant de s’orienter, à partir de 2017, vers les cryptomonnaies.

Il observe alors d’importantes variations de prix entre les différentes plateformes d’échange et en tire profit en achetant et revendant des actifs numériques à très haute fréquence.

« Début 2018, on trouvait un écart de 5 % à 25 % entre les échanges américains et japonais », raconte-t-il. « Il y avait une demande gigantesque en cryptomonnaies depuis le Japon et pas assez de teneurs de marché pour soutenir l’offre », rendant les prix japonais plus élevés.

Le jeune entrepreneur crée un fonds d’investissement en cryptomonnaies, Alameda Research, s’installe à Hong Kong, puis y lance FTX avec Gary Wang.

M. Bankman-Fried réside aujourd’hui aux Bahamas, où les impôts sont presque nuls, et y a déplacé le siège social de sa plateforme. Il justifie son lieu de résidence par le fait qu’il s’agit de « l’un des rares pays à disposer d’un régime complet sur l’octroi de licences pour les cryptomonnaies ».

Sur Twitter, où il utilise le pseudo SBF, et dans ses interventions médiatiques, M. Bankman-Fried se fait le chantre d’un accès plus fluide au marché des cryptos pour le grand public, particulièrement aux Etats-Unis.

« Ce serait sain pour tous les acteurs s’il existait un dispositif réglementaire permettant d’obtenir des permis », défend-il, souhaitant que l’agence américaine en charge des produits dérivés (CFTC) joue un rôle plus actif. Une filiale destinée aux clients américains, FTX US, a ouvert en 2020.

Le succès de FTX a permis à la plateforme de nouer de prestigieux partenariats, notamment avec le néo-retraité et légende du football américain Tom Brady et son épouse, l’ex-mannequin brésilien Gisele Bündchen.

Le groupe s’est aussi offert un encart publicitaire pour le Super Bowl, dimanche, promettant des prix en bitcoins à des téléspectateurs devinant l’heure exacte à laquelle le spot serait diffusé.

Altruisme efficace

Malgré ses milliards, M. Bankman-Fried affirme s’imposer un mode de vie spartiate, dormir seulement quatre heures par nuit et ne pas avoir l’intention de fonder de famille. Il s’identifie au courant de l’altruisme efficace, qui vise à orienter les donations et les ressources de manière optimale grâce à une analyse détaillée de leurs effets.

« La question n’est pas seulement de savoir comment faire de bonnes actions de son vivant, mais sur quoi se focaliser », explique le jeune homme, qui s’est engagé à reverser la quasi-totalité de la fortune qu’il aura accumulée.

Il estime avoir déjà donné entre 50 et 100 millions de dollars à des causes comme la lutte pour le bien-être animal (il est lui-même vegan), contre les maladies tropicales négligées ou contre le réchauffement climatique.

Interrogé sur l’impact écologique du bitcoin, potentiellement en contradiction avec son engagement pour le climat, l’entrepreneur se dit convaincu que le processus de création de la cryptomonnaie ainsi que les transactions vont de plus en plus se faire au moyen d’énergies renouvelables.

Conscient des sommes vertigineuses qu’il brasse, M. Bankman-Fried, qui a fait partie des plus gros donateurs de la campagne présidentielle de Joe Biden en 2020, n’a pas de problème à ce que les montants soient rendus publics.

« Si vous essayez d’avoir un fort impact positif sur le monde, ce sont des choses que les gens vont finir par savoir », estime-t-il.