Pas moins de 1.170 entreprises belges sous la menace d’un piratage

Selon elle, des pirates ont déjà réussi à pénétrer dans l’infrastructure informatique d’au moins 30 entreprises. Microsoft avait déjà mis en garde au début du mois contre une faille de sécurité dans Exchange, qui permettrait aux cybercriminels d’accéder à l’ensemble du réseau d’une entreprise ou d’une organisation. La société américaine a donc appelé ses clients à mettre à jour leur logiciel avec un « patch » dès que possible. Secutec a par ailleurs transmis la liste des entreprises exposées au Centre pour la cybersécurité de Belgique (CCB) et à la Computer Emergency Response Team fédérale (CERT).

Secutec a mené des recherches ce week-end et a constaté que quelque 1.170 entreprises belges couraient toujours le risque d’être piratées. Selon Geert Baudewijns, directeur général de Secutec, cela concernerait « des PME, des zones de police, des conseils communaux et même un de nos parlements ».

« Secutec a vérifié 30 entreprises ce week-end. Son enquête montre que des pirates ont déjà réussi à pénétrer dans leur infrastructure informatique », précise M. Baudewijns. Pour empêcher cela, l’expert en cybercriminalité préconise l’installation de la mise à jour développée par Microsoft.

« Aujourd’hui, les pirates s’infiltrent dans les réseaux informatiques. Dans quelques jours, ils crypteront ces réseaux avec des logiciels de cryptage et demanderont ensuite une rançon », explique M. Baudewijns.

Et d’ajouter que chaque année, les organisations belges versent 100 millions d’euros aux pirates informatiques. « Ce piratage pourrait ‘rapporter’ un multiple de ce chiffre. C’est vraiment sans précédent », avertit-il encore. Secutec appelle enfin les entreprises et les gouvernements qui utilisent Microsoft Exchange à mettre immédiatement à jour leur application de messagerie.