Orchestra-Prémaman est protégé de ses créanciers pendant 6 mois mais veut fermer deux magasins de plus (Mise à jour)

Le tribunal de l’entreprise de Bruxelles a accepté mercredi la demande de procédure de réorganisation judiciaire de l’enseigne, qui a désormais six mois pour sortir la tête de l’eau. La direction a annoncé aux syndicats son intention de fermer, en plus des cinq magasins déjà visés en Flandre, les boutiques de Nivelles et Molenbeek.


Que va-t-il advenir de l’enseigne Orchestra-Prémaman ? Le groupe français, sévèrement endetté, a fait aveu de faillite fin septembre et a obtenu une protection judiciaire temporaire contre ses créanciers. La filiale belge, entraînée dans la chute de sa maison-mère, a vu mercredi sa demande de procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) acceptée par le tribunal de l’entreprise. Elle a désormais 6 mois pour trouver un repreneur ou une autre solution financière pour redresser la barre. Selon Myriam Djegham, permanente CNE en charge du dossier, ce serait plutôt vers la seconde option que la direction se dirigerait.

Une réunion entre le management et les syndicats se tient ce jeudi matin à 10h. La direction devrait clarifier ses intentions. Elle veut fermer cinq magasins  déficitaires situés en Flandre (Halle, Turnhout, Wijnegem, Diest et Korbeek-Lo) mais pourrait y ajouter ceux de Molenbeek (dont les locaux sont vétustes) et de Nivelles (pour lequel le propriétaire veut augmenter le loyer).

« Si cela est confirmé, nous pourrions alors être dans le cadre d’une procédure Renault (de licenciement collectif, NdlR)« , signale Myriam Djegham. « La direction évoque toutefois déjà des possibilités de reclassement pour le personnel et des départs en RCC (prépension, NdlR) dès 58 ans. Les priorités des syndicats seront alors le maintien de l’emploi et des acquis, comme le statut, des employés. Il faudra aussi négocier les conditions de départ », précise la permanente CNE.

Orchestra-Prémaman exploite 45 magasins en Belgique et emploie 422 personnes.