L’oeil du marché : « Les marchés parient sur une relation sino-américaine durablement constructive »

L’optimisme est toujours de mise mardi, parmi les investisseurs qui espèrent voir les États-Unis et la Chine signer rapidement un premier accord commercial. La Bourse de Paris s’installait à l’équilibre (-0,03%), alors que la Bourse de Francfort évoluait en baisse, le Dax cédant 0,03%, dans un marché partagé entre l’espoir conjoncturel et des indicateurs allemands positifs.

Vers 08H25 GMT, l’indice vedette reculait de 4,55 points, à 13.241,90 points. Le MDax des valeurs moyennes prenait de son côté 0,08% à 27.305,43 points. A 09H20, l’indice CAC 40 refluait de 2,07 points à 5.922,79 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,54%.

« Même si des signes de fatigue » dans la hausse de l’indice « sont perceptibles en Europe et en Asie, Wall Street a renoué de plus belle avec la progression et les records« , a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. « La Chine reste le principal facteur de soutien des Bourses à court terme« , selon l’expert.

« On ne sait toujours pas si l’accord de phase 1 sur une relation sino-américaine pourra faire l’objet d’une signature avant la fin de l’année, mais les marchés parient de toute façon sur une relation sino-américaine durablement constructive désormais« , a-t-il ajouté.

La Chine a publié dimanche une directive appelant à des sanctions renforcées contre les entreprises chinoises qui violent la loi sur la propriété intellectuelle – un point crucial des négociations commerciales entre Pékin et Washington, qui a alimenté l’optimisme lundi et a notamment permis à Wall Street d’atteindre de nouveaux records.

Négociateurs chinois et américains se sont en outre parlé mardi et sont convenus de rester en contact afin de parvenir à « un accord préliminaire » dans la guerre commerciale qui oppose les deux puissances, a rapporté l’agence Chine nouvelle.

Dans la soirée, les investisseurs ont pris connaissance d’un discours de Jerome Powell, président de la Fed, qui a réaffirmé qu’après les trois baisses de taux cette année, la politique monétaire était « au bon niveau » et « aidait déjà les consommateurs et les entreprises« .

Du côté des indicateurs, le moral des consommateurs allemands devrait progresser légèrement en décembre après avoir atteint en novembre son plus bas depuis trois ans, selon le baromètre GfK.  « D’un côté, des indicateurs comme l’Ifo hier ou le GfK aujourd’hui » renforcent la perspective d’une stabilisation de l’économie allemande, mais « d’un autre côté nous observons toujours les négociations compliquées entre les Etats-Unis et la Chine« , note Andreas Lipkow, analyste chez Comdirect..

Aux États-Unis, la confiance des consommateurs pour novembre et les ventes de maisons neuves pour octobre sont également attendues.