L’oeil du marché : « Le marché espérait que Donald Trump clarifierait les commentaires du ministère chinois du Commerce « 

La Bourse de Paris se montrait attentiste mercredi matin (-0,15%), en l’absence de clarification sur le cadre et le calendrier d’une résolution partielle du différend commercial entre Washington et Pékin

A 09H29, l’indice CAC 40 cédait 8,70 points à 5.911,05 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,44% à à 5.919,75 points, niveau inédit depuis le 23 juillet 2007.

« Le marché espérait que Donald Trump clarifierait les commentaires du ministère chinois du Commerce de la semaine dernière selon lesquels les deux parties sont convenues de lever les droits de douane existants de part et d’autre » pour arriver à un accord partiel, mais le président américain « n’a rien fait de la sorte », a observé Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Au lieu de cela, « il a laissé ouverte la perspective d’un accord sino-américain de première phase sans fournir de détails, hormis faire planer la menace d’une escalade s’il n’y avait pas d’avancées sur l’accord » parcellaire, a poursuivi l’expert.

« Ce n’est pas le commerce qui va rythmer la journée de Donald Trump ce mercredi, mais plutôt la procédure de destitution à son encontre », a cependant fait remarquer Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

L’administration Trump devrait annoncer cette semaine un report de la décision d’imposer ou non des droits de douane supplémentaires dans l’automobile, ont indiqué mardi deux sources industrielles à l’AFP. En mai, Donald Trump avait déjà décidé d’un répit de 180 jours.

Par ailleurs, le président de la Réserve fédérale américaine fera le point sur l’état de l’économie américaine, en fin de séance boursière européenne. Les investisseurs attendent aussi l’inflation d’octobre en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Côté valeurs, Saint-Gobain reculait de 1,93% à 37,32 euros après un accord pour acquérir Continental Building Products, spécialiste américain de la plaque de plâtre, pour 1,3 milliard d’euros.

Renault s’effritait de 0,38% à 45,52 euros après une évaluation de la contribution de Nissan au Résultat net du troisième trimestre (233 millions d’euros).

Séché Environnement perdait de 1,48% à 33,20 euros après avoir nommé directeur général Maxime Séché, l’un des deux fils du fondateur Joël Séché, qui reste président.

Akka s’adjugeait 5,58% à 60,50 euros, porté par une hausse de 26,1% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre (+7,4% en organique) .

VALEURS A SUIVRE

Saint-Gobain : le groupe a annoncé avoir conclu un accord pour acquérir 100% du capital de Continental Building Products, spécialiste américain de la plaque de plâtre, pour 1,4 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros).

Renault : le conseil d’administration a annoncé mardi que l’exdirecteur général Thierry Bolloré, toucherait des « actions de performance » après son éviction en octobre, pour un montant maximum d’environ 2,4 millions d’euros au cours actuel, selon un calcul de l’AFP.

Le groupe a par ailleurs indiqué que sa participation de 43% dans son partenaire japonais Nissan devrait contribuer à hauteur de 233 millions d’euros à son résultat net au troisième trimestre.

Neoen : le producteur d’énergies renouvelables a fait part d’un bond de 19% de son chiffre d’affaires, à 66 millions d’euros, lors du troisième trimestre.

Séché Environnement : le groupe familial de traitement des déchets a annoncé la nomination au poste de directeur général de Maxime Séché, l’un des deux fils du fondateur Joël Séché, qui conservera son rôle de président.

Cafom : le distributeur d’ameublement a vu augmenter son chiffre d’affaires de 1,7% à 305,6 millions d’euros au cours de son exercice décalé 2018-2019 (achevé fin septembre), selon des chiffres excluant l’activité de l’enseigne Habitat, mise en vente.

Akka : le groupe d’ingénierie et de conseil en technologie a vu son chiffre d’affaires progresser de 26,1% au troisième trimestre (+7,4% en organique) à 441,1 millions d’euros.

Sartorius Stedim Biotech : JPMorgan entame son suivi avec une recommandation à « surpondérer ».