« Les vrais leaders aujourd’hui, ce sont les gens qui agissent, ceux que j’appelle les entrepreneurs du bien commun »

Entretien avec le fondateur-directeur de la fondation Zeri, Gunter Pauli.

Invité par Ichec Alumni à prononcer, le 17 septembre, la leçon inaugurale lors de la cérémonie de rentrée de l’année académique 2019-2020 de l’Ichec Brussels Management School (qui, désormais, fait alliance avec l’Ecam, l’école bruxelloise d’ingénieurs industriels), Gunter Pauli a fait salle comble. Une habitude pour cet ex-industriel reconverti en conférencier globe-trotter et gourou d’une économie bleue dont il est le concepteur. Son charisme et son éloquence font souvent mouche. Ses livres et ses fables pour enfants se vendent comme des petits pains, en Chine tout spécialement.

Gunter Pauli, né en 1956 à Anvers, diplômé en économie et détenteur d’un MBA de l’Insead, a quitté la Belgique depuis belle lurette. S’il possède toujours un passeport belge, cela fait 26 ans qu’il vit au Japon, où il a créé sa première entreprise et où se situe toujours le cœur de ses activités.« Mais je reviens encore en Belgique. J’ai deux fils qui vivent à Knokke et à Gand », explique ce père de six enfants. C’est aussi en Belgique qu’au début des années 1990, il s’était lancé dans la fabrication de détergents bio avec la société Ecover (jusqu’au jour où il prit conscience que l’huile de palme était responsable de la déforestation en Indonésie !).

Avec sa fondation Zeri (« Zero Emission Research and Initiatives »), qui a déjà mis en route 204 projets depuis 1996, Gunter Pauli poursuit une seule et même philosophie : les surplus dégagés par quelqu’un constituent toujours une matière, une énergie, un nutriment pour un autre.

Contrairement aux tenants de l’ »économie verte », vous refusez d’opposer croissance économique et protection de l’environnement. C’est quoi votre recette de l’ »économie bleue », où croissance et développement durable se combinent ?