Les syndicats de Brantano demandent une mise sous tutelle du groupe propriétaire

Les organisations syndicales qui représentent le personnel des magasins détenus par le groupe FNG (Brantano, Fred & Ginger…) qui veut fermer 47 magasins en Belgique, ont demandé mardi au tribunal de l’entreprise de Malines de placer le groupe sous tutelle. Il s’agirait, pour le tribunal, de désigner un conseil d’administration provisoire.

« Après le conseil d’entreprise extraordinaire (de la procédure Renault) ce 30 juin, nous ne disposons toujours pas des réponses nécessaires pour avancer. Il y a de plus en plus de questions financières, fiscales, juridiques et éthiques. Malheureusement, force est de constater que toute confiance dans le holding FNG a disparu. Aussi et surtout dans le chef des travailleurs. Voilà pourquoi nous avons décidé d’introduire auprès du tribunal de Malines une requête afin de demander à ce que soient désignés des administrateurs provisoires. Avec cette procédure, nous souhaitons remettre les clés de l’entreprise entre les mains d’experts compétents et intègres. Nous sommes convaincus que ces experts agiront dans l’intérêt général, loin des fraudes boursières et des transactions nébuleuses dans des paradis fiscaux », explique le front commun syndical dans un communiqué.

Les derniers mots de ce texte font référence à une enquête ouverte en mai par la FSMA, le gendarme boursier belge, sur quatre transactions financières douteuses datant de 2018.

« Pour nous, organisations syndicales, la rupture de confiance dans le groupe FNG est totale. Nous refusons de sacrifier le personnel à la folie des grandeurs et à la mauvaise gestion », écrivent encore les syndicalistes.

Le tribunal de l’entreprise de Malines devrait se prononcer sur cette demande des syndicats dans environ une semaine. D’ici là, il y a peu de chances pour que le dialogue social autour de la restructuration de FNG se poursuive.