Les start-up européennes de la tech ont levé plus de 35 milliards d’euros en 2020, Londres domine

Une étude révèle ce jeudi que l’investissement dans les jeunes entreprises technologiques en Europe a atteint un nouveau record en 2020, malgré le contexte lié à l’épidémie de coronavirus. Au total, les start-up technologiques européennes ont levé 35,5 milliards d’euros l’an dernier, dont le quart dans la capitale britannique, selon des chiffres publiés par London & Partners et fournis par le cabinet Dealroom.

S’il s’agit d’un nouveau record pour l’Europe, Londres qui domine le marché avec 10,5 milliards levés, ne parvient toutefois pas à dépasser son propre record de 2019 (10,7 milliards). La capitale britannique a cependant conforté son statut de numéro un européen malgré les incertitudes liées à la pandémie et la sortie du Royaume-Uni et de l’UE.

Plus de 270 milliards de dollars investis dans le monde

Parmi les opérations notables, la banque en ligne Revolut a levé 500 millions de dollars, le fabricant de véhicules électriques Arrival 400 millions et le fournisseur d’énergie renouvelable Octopus Energy 527 millions.

Londres, où sont installés de très nombreux fonds d’investissement, est en outre la seule en Europe à rivaliser à l’échelle mondiale, en se classant cinquième mondiale pour les levées de fonds, toutefois loin derrière le numéro un San Francisco (22,4 milliards de dollars).

En tout, 272,3 milliards de dollars ont été investis dans les jeunes entreprises technologiques à travers le monde en 2020. 

En Europe, Londres devance nettement Paris (3,4 milliards), Berlin (3,1 milliards) ou Stockholm (2,4 milliards). La capitale britannique abrite en outre 43 licornes, des entreprises valorisées plus d’un milliard de dollars, contre 11 à Paris.

La France reste à la traîne alors même que le gouvernement avait dit en 2019 espérer pouvoir à terme dépasser le Royaume-Uni et devenir numéro un européen. L’étude montre que les licornes ont plus facilement accès à Londres à des investissements importants quand il s’agit de financer des projets de développements au bout de quelques années d’existence.

La ville britannique est particulièrement populaire pour les jeunes pousses dans la finance mais également désormais pour les fabricants de logiciels. Ces derniers, avec des investissements en hausse de 82%, sont en plein boom du fait de la pandémie et du recours au télétravail.

« Les investisseurs internationaux ont affiché une grande confiance envers Londres, comme en témoignent les nouveaux fonds en capital-risque établis pour investir dans les entreprises à forte croissance des secteurs tels que la technologie financière ou de la santé et la cybersécurité », souligne Laura Citron, directrice générale de London & Partners. Elle estime que la capitale britannique « reste une porte d’entrée vers le marché européen« .