Les hommes font la loi dans le monde des start-up numériques et de la tech

LIBRE ECO WEEK-END | SPÉCIAL START-UP

Nathalie Guilmot, l’une des chevilles ouvrières du programme d’accélération « Reaktor » piloté par l’ASBL wallonne Engine, doit bien, elle aussi, convenir du peu d’implication des femmes. « Lors du Reaktor 2, l’an dernier, il n’y avait aucune femme parmi les sept start-up participantes. Et parmi les coachs et les experts invités, la seule thématique où on a pu faire appel à des femmes concernait les ressources humaines. » Il est à noter que, pour la 3e édition (dont le coup d’envoi est prévu le 17 mars), le Reaktor a prévu d’intégrer une femme parmi les coachs.

Pour expliquer le manque de mixité dans les start-up numériques et tech, d’aucuns pointent, en priorité, les disparités dans l’éducation et la formation. « Aujourd’hui », expose Laurent Hublet, directeur général du campus numérique BeCentral, « malgré le fait que de nombreuses barrières à l’entrée sont tombées, l’entrepreneuriat dans le digital et la tech reste une force très inégalitaire entre garçons et filles. »

La raison de cette inégalité est à chercher dès les premières années de…