Les employés de Brantano: « On espère encore pouvoir être sauvés »

Le conseil d’administration de FNG International Holding ainsi que la majorité de ses filiales, dont Brantano, ont fait aveu de faillite, a indiqué jeudi le groupe de mode FNG.

En difficulté depuis plusieurs mois, FNG, qui emploie plus de 1 000 travailleurs en Belgique, a vu les banques dénoncer plusieurs crédits et bloquer les comptes de certaines sociétés du groupe de mode. Parmi celles-ci figure la chaîne de magasins de chaussures Brantano, qui ne dispose par conséquent plus des fonds nécessaires pour poursuivre ses activités.

« En outre, le principal créancier de FNG International Holding SA n’a pas accepté de lui octroyer de moratoire pour le prêt en cours. Le conseil d’administration a donc été contraint de faire aveu de faillite. Il a également été décidé de solliciter un moratoire pour une série de sociétés néerlandaises. Aucune procédure d’insolvabilité n’a été sollicitée pour la société mère FNG SA et les activités suédoises du groupe. »

FNG espère donc que cette étape ne signifie pas la fin de l’ensemble de ses activités.

Les aveux de faillites concernent Brantano (104 magasins en Belgique) et Fred&Ginger (17 magasins). Les autres enseignes (CKS, Etam, Steps, Ellos…) ne sont pour l’instant pas concernées. Le groupe emploie au total 3 000 personnes dans le monde. Le tribunal de Malines se penchera vendredi sur le dossier.

Jeudi, les employés de la chaîne avaient le moral dans les chaussettes mais tentaient de rester optimistes. « C’est un coup dur pour tous les collègues mais on essaye de rester positifs et de suivre l’évolution de la situation au jour le jour. On espère encore être sauvés » , confiait hier le manager d’un magasin de la capitale.

Ce ne sera pas via Wouter Torfs. Le responsable de l’enseigne de chaussures du même nom n’a pas l’intention de reprendre tout ou partie de Brantano « Les discussions de ces derniers jours n’ont pas abouti », a indiqué M. Torfs.