Les coiffeurs préféreraient être obligés de fermer leur salon

Les salons de coiffure, à l’inverse des instituts de beauté par exemple, peuvent rester ouverts. Non pas tant que le gouvernement ait jugé que l’apparence capillaire était plus importante que l’apparence corporelle, mais qu’elle ne pouvait pas – ou moins facilement – être prise en charge personnellement. Les règles d’ouvertures sont toutefois telles que la profession préférerait être obligée de fermer. Les coiffeurs doivent en effet être seuls dans leur salon et ne peuvent servir qu’un client à la fois. S’il ne s’agit que de coupes, cela veut dire une quinzaine de clients par jour au mieux. Dès qu’on parle de teinture, le nombre diminue vers cinq ou quatre. Ceci sans pouvoir bien entendu respecter la règle de distanciation d’1,5 mètre. A ce risque sanitaire s’ajoute une phobie de la concurrence : aucun coiffeur n’ose donc fermer, de peur que son voisin détourne sa clientèle. Insoluble choix. D’où la demande d’une fermeture obligatoire et généralisée.