Les Bourses européennes ne passeront pas aux 35 heures : Euronext rejette la réduction des horaires

Pas de 35 heures pour les traders: l’opérateur boursier européen Euronext a rejeté la réduction des horaires d’ouverture des marchés dont il a la gestion, comme la Bourse de Paris.

La « large consultation du marché », n’a pas dégagé un « consensus en faveur de la réduction des heures d’ouverture des marchés », a indiqué vendredi l’opérateur boursier dans une déclaration transmise à l’AFP.

« Pour éviter la fragmentation des marchés au vu de ce manque de consensus, nous avons décidé de maintenir le statut quo », a déclaré Stéphane Boujnah, le directeur général d’Euronext, au cours d’une interview jeudi sur la chaîne Bloomberg TV.

La réduction des horaires d’ouverture des marchés « n’est pas la solution unique qui convient à tout le monde », a-t-il insisté. Euronext gère les Bourses de Paris, Amsterdam, Lisbonne, Bruxelles, Dublin et Oslo.

Le marché est actuellement ouvert de 9 heures à 17H30 à Paris, soit huit heures et demie de cotation, les mêmes qu’à Londres ou Francfort.

Les séances durent seulement six heures et demie au maximum dans le saint des saints de la finance mondiale, Wall Street, ainsi qu’en Asie.

Des horaires réduits « sont dans le meilleur intérêt de ceux qui travaillent sur les marchés et constituent une étape nécessaire pour rendre les marchés européens plus efficaces et diversifiés », a regretté auprès de l’AFP l’AFME, une association regroupant les plus grandes institutions financières en Europe et qui milite depuis des mois pour le raccourcissement des séances.

L’association défendait notamment que le raccourcissement de séances permettrait de donner une meilleure place aux femmes.

« Notre industrie doit avoir un débat sur les questions de diversité. Mais les situations sont différentes d’un pays européen à l’autre et la réduction des horaires d’ouverture n’est pas la seule manière d’y répondre », a estimé de son côté M. Boujnah sur Bloomberg TV.