Les Bourses européennes finissent dans le rouge

Les Bourses européennes finissent dans le rouge.

En légère hausse mercredi à l’ouverture, le BEL 20 et ses voisins européens devaient repartir à la baisse. Notre indice de référence reperdait finalement 0,08 pc après quatre séances consécutives de hausse en terminant à 4.015,71 points avec 10 de ses éléments dans le rouge

La Bourse de Paris a clôturé légèrement dans le rouge (-0,58%) mercredi, fragilisée par la progression du virus venu de Chine, des déceptions sur certains résultats et une nouvelle offensive de Donald Trump sur le commerce. L’indice CAC 40 a perdu 35,01 points à 6.010,98 points dans un volume d’échanges moyen d’environ 3,2 milliards d’euros. La veille, il avait fini en repli de 0,54%.

La Bourse de Francfort a fini en baisse ( Dax:-0,30% ), refroidie par les menaces douanières de Donald Trump contre les voitures européennes, après avoir franchi un record dans la matinée. L’indice vedette a perdu 40,12 points pour finir à 13.515,75 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes a cédé 0,05% à 28.754,12 points.

A l’ouverture, le Dax consolait ses gains à 13.622,54 points, dépassant un record historique de 13.596 points qui datait de janvier 2018, dopé par les bons chiffres d’entreprise aux Etats Unis. Mais le discours de Donald Trump à Davos, en début d’après-midi, a calmé les ardeurs des investisseurs, le président américain agitant de nouveau sa menace de taxer les voitures européennes. Toutefois, la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a indiqué qu’un accord commercial entre les Etats-Unis et l’Union Européenne (UE) était tout de même possible d’ici « quelques semaines ».

La Bourse de Londres a terminé en baisse de 0,51% mercredi, entravée par une appréciation de la livre défavorable aux titres des multinationales, à la suite d’un indicateur rassurant sur l’industrie britannique. A la clôture, l’indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 38,78 points à 7.571,92 points. Le marché britannique a débuté la séance en hausse avant de faiblir et de perdre du terrain. « La fermeté de la livre et des résultats d’entreprises décevants ont tiré l’indice britannique vers le bas, l’éloignant de ses récents sommets en six mois », résume Fiona Cincotta, analyste chez City Index.

La devise britannique s’est appréciée après une enquête de l’organisation patronale CBI montrant que la confiance des entreprises du secteur manufacturier au Royaume-Uni avait rebondi à un niveau plus vu depuis 2014, dans les trois mois précédant janvier. Mme Cincotta observe par ailleurs que les craintes liées à la propagation d’un nouveau virus en Chine se sont un peu apaisées.