L’élection présidentielle américaine est désormais le risque le plus important pour les marchés

Pour la première fois depuis mai 2019, les guerres commerciales sont passées au second plan. Alors que la campagne électorale entre dans une phase cruciale, c’est la politique domestique américaine qui sera susceptible d’attirer le plus d’attention.

– Chronique signée Ritu Vohora, directrice de l’équipe actions de M&G.

La récente enquête de la Bank of America Merrill Lynch auprès des gérants mondiaux a démontré que le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020 est désormais considérée comme le risque le plus important à venir pour les marchés cette année. Pour la première fois depuis mai 2019, les guerres commerciales sont passées au second plan. Bien qu’il y ait encore des menaces et des tweets périodiques à ce sujet, à moins de dix mois de l’élection, il est peu probable que les débats s’intensifient. Alors que la campagne électorale entre dans une phase cruciale, c’est la politique domestique américaine qui sera susceptible d’attirer le plus d’attention.

L’économie américaine devrait continuer à croître, bien qu’à un rythme plus lent, mais jusqu’à présent, les répercussions liés aux élections semblent avoir peu été prises en compte. À l’approche du jour du scrutin, la grande diversité des résultats politiques possibles et des programmes politiques pourraient peser sur le sentiment des marchés, avec des conséquences à la fois pour l’économie et pour les marchés.

L’élection s’apparente à une bataille d’extrêmes entre des candidats radicalement opposés. Les démocrates sont encore en train de choisir un candidat et les primaires ont commencé le 3 février. C’est une course serrée entre des candidats populaires mais idéologiquement disparates. Alors que le vice-président Joe Biden cherche à renforcer et à développer l’agenda centriste des démocrates, les candidats de gauche Bernie Sanders et Elizabeth Warren réclament de grands changements structurels. Ils ont avancé des propositions qui modifieraient profondément l’environnement des affaires – avec un impact négatif probable sur la croissance et les marchés boursiers. Un second mandat pour Trump impliquerait très probablement la poursuite des discussions sur le commerce, qui a provoqué la volatilité sur les marchés et l’incertitude des entreprises.

Si les politiques commerciales et monétaires seront certes déterminantes, ce sont les mesures fiscales et réglementaires qui mériteront d’être examinées de près car elles auront le plus d’influence sur le comportement des marchés. Les conséquences d’une augmentation significative des dépenses publiques ne sont pas prises en compte dans les rendements des obligations d’État américaines, pas plus qu’une augmentation significative du taux d’imposition des sociétés américaines sur les marchés des actions.

Les secteurs tels que la finance, l’énergie, la technologie et les soins de santé pourraient être volatils, en raison d’un risque de pression réglementaire accrue. Parmi les questions à régler, citons la gestion d’un système de santé pour une population vieillissante, l’inégalité croissante des revenus, l’évolution technologique et l’éclatement des grandes entreprises technologiques, ainsi que les questions environnementales. La disparité entre les candidats, l’ampleur des enjeux et le rôle majeur des États-Unis pour les marchés mondiaux rendent cette élection cruciale pour les investisseurs du monde entier. La politique déterminera les tendances mondiales et définira les secteurs gagnants et perdants .

Comme cela a été le cas lors des dernières élections américaines et lors du Brexit, il est difficile de prédire les résultats politiques et davantage encore de prévoir la réaction des marchés. Le marché américain étant désormais fortement valorisé, la sensibilité du marché aux flux d’informations devrait être importante à l’approche des élections et nous devrions assister à une plus grande volatilité à l’approche du jour des élections.

Cependant il n’est pas judicieux d’être trop pessimiste à l’approche des élections américaines. En réalité, au cours des 20 derniers cycles électoraux américains, il n’y a eu que deux cas de baisse des marchés dans les 12 mois précédant les résultats des élections. Comme toujours, la diversification reste essentielle. Les investisseurs doivent continuer à être sélectifs pour identifier les entreprises qui réalisent des bénéfices et doivent concentrer leur attention sur les grandes politiques majeures des candidats. La qualité des sondages sera un facteur important dans les mois à venir.