Le salon Realty a eu ses détracteurs et ses défenseurs à Knokke

Il faut dire que tous l’attendaient au tournant, ce Realty nouveau, déménagé à grands frais de la capitale vers la plus huppée des stations du littoral, à l’extrême nord du pays.

Un pari osé de l’organisateur Easyfairs, qui a troqué une décennie d’expérience et d’ancrage bruxellois à Tour&Taxis pour amorcer un revirement complet. Outre la délocalisation au large de la capitale, de salon, il n’est plus question. Realty se rêve plus exclusif et prétend au titre de « sommet » en mettant l’accent sur le réseautage et le panel de conférences plus que sur les stands, dont le nombre était limité à quelques dizaines seulement cette année.