Le régulateur saoudien approuve la demande d’introduction en Bourse d’Aramco

Le régulateur saoudien du marché financier a annoncé dimanche avoir approuvé la demande d’introduction en Bourse du géant pétrolier Aramco.

« Le Conseil de la Capital Market Authority (CMA) a publié sa résolution approuvant la demande de la Saudi Arabian Oil Compagny (Saudi Aramco) de cession d’une partie de ses parts », indique un communiqué de cette institution publié sur son site internet. Le régulateur n’a pas fourni les étapes de cette introduction en Bourse, mais les transactions sur le titre devraient commencer à la mi-décembre. Cette entrée en Bourse constitue la pierre angulaire d’un programme de réformes du prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé « MBS ». Elle devrait valoriser l’entreprise entre 1.500 et 1.700 milliards de dollars, soit la plus grosse capitalisation mondiale, selon une source proche du dossier. En 2018, l’homme fort du Royaume avait décidé de reporter l’introduction en Bourse parce que la capitalisation calculée par les banquiers, après des rencontres avec de potentiels investisseurs, était en dessous de ce seuil. Par la suite, Aramco, qui devait lancer en octobre la première partie de son introduction, avait décidé de repousser la date à décembre ou à janvier. 

Selon la source proche du dossier, le calendrier prévoit une entrée en deux temps: d’abord à la Bourse locale saoudienne, le Tadawul, en décembre, puis, en 2020, sur une place financière internationale encore à définir. Aramco devrait céder en tout 5% de son capital, dont 2% lors de son baptême boursier sur le Tadawul, avaient déclaré en début de mois des sources proches du dossier à l’AFP. L’entreprise a confirmé dimanche son intention d’entrer en Bourse sur le marché financier de Ryad, en décrivant cette opération comme une « étape significative » de l’histoire du géant pétrolier saoudien. « Saudi Aramco confirme son intention d’entrer à Tadawul, la Bourse nationale saoudienne », a indiqué la compagnie sur Twitter. L’entreprise a précisé sur son site internet que le montant de l’offre serait déterminé à une date ultérieure. Aramco, qui produit environ 10% du pétrole mondial, est l’entreprise la plus rentable au monde et est considérée comme le joyau économique du royaume et le pilier de sa stabilité économique et sociale. L’Arabie saoudite a redoublé d’efforts pour séduire les investisseurs en promettant des dividendes annuels de 75 milliards de dollars, selon le site internet de l’entreprise.