Le GSM de Jeff Bezos piraté depuis Ryad ? L’ONU réclame une enquête

Des experts de l’ONU ont réclamé mercredi une enquête sur le piratage du téléphone du patron d’Amazon Jeff Bezos après la réception d’un message WhatsApp en provenance d’un compte attribué au prince saoudien Mohammed ben Salmane, dirigeant de fait du royaume. 

Dans un communiqué, Agnès Callamard, Rapporteur sur les exécutions extrajudiciaires, et David Kaye, Rapporteur sur la liberté d’expression, ont estimé que « le piratage présumé du téléphone de M. Bezos, et de ceux d’autres personnes, exige une enquête immédiate de la part des autorités américaines et des autres autorités compétentes ».

Ces experts, qui ont été nommés par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies mais ne parlent pas au nom de l’ONU. Ils demandent que l’enquête porte notamment sur « l’implication directe et personnelle du prince héritier dans les efforts visant à cibler les opposants présumés ».

Cette intrusion dans l’appareil du fondateur d’Amazon, commise il y a deux ans, a conduit à la publication d’images intimes de M. Bezos, propriétaire du Washington Post. Ce quotidien employait comme chroniqueur Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien critique envers Ryad qui a été assassiné le 2 octobre 2018 au consulat saoudien à Istanbul.

Les Rapporteurs de l’ONU indiquent avoir reçu des informations qui « suggèrent l’implication possible du prince héritier dans la surveillance de M. Bezos, dans un effort pour influencer la manière dont le Washington Post informait sur l’Arabie saoudite, voire même réduire au silence » ce journal.

Ce piratage présumé « renforce les informations faisant état d’un programme de surveillance ciblée des personnes perçues comme étant des opposants et de celles qui revêtent une importance stratégique » aux yeux de Ryad.

Les rapporteurs spéciaux de l’ONU ont d’ailleurs estimé que les circonstances de ce piratage présumé montrent qu’il faut une enquête approfondie sur les « allégations selon lesquelles le prince héritier aurait ordonné, encouragé ou, au moins, aurait eu connaissance des préparatifs » de l’opération visant à tuer Jamal Khashoggi.

Les deux experts ont eu accès aux conclusions de l’analyse technique de l’iPhone de M. Bezos effectuée en 2019, qui a révélé qu’il pourrait avoir été piraté le 1er mai 2018 via un fichier vidéo MP4 envoyé depuis un compte utilisé par le prince héritier saoudien.

Peu après avoir reçu un message WhatsApp en provenance d’un compte attribué au prince Mohammed ben Salmane, une grande quantité de données ont été extraites du téléphone de M. Bezos, selon le Washington Post.