Le flou demeure autour du dédommagement des voyageurs touchés par la faillite de Thomas Cook Belgique (Mise à jour)

La couverture des dépenses engagées par les clients du tour opérateur en faillite pose toujours question. Et pour cause, les dossiers sont loin d’avoir tous été introduits et, a fortiori, traités.

Le dédommagement réel des voyageurs touchés par la faillite de Thomas Cook en Belgique a animé la Commission de la protection des consommateurs ce mercredi à la Chambre. Et force est de constater que le flou persiste sur quelles dépenses seront bel et bien remboursées.

« Nous n’en avons aucune idée aujourd’hui, car nous ne connaissons pas le nombre de dossiers actuels, a avoué la ministre de l’Economie, Nathalie Muylle. Cela ne sera possible qu’une fois que toutes les demandes auront été traitées. Le Fonds de Garantie m’a confirmé qu’un travail acharné est en cours au sein de l’équipe qui mènera très prochainement les compensations financières« .

La ministre CD&V a alors précisé que seulement 22.000 réclamations avaient été soumises selon des données arrêtées lundi dernier. D’après les statistiques du Fonds de Garantie, environ 81.000 voyages à forfait planifiés n’ont pas pu être effectués.

« Cela signifie que nous attendons toujours environ 60.000 dossiers. Les gens ont le temps de soumettre le leur et le font souvent par l’intermédiaire d’une agence de voyage indépendante, ce qui facilite la tâche. Il est bien entendu très difficile de communiquer sur les remboursements« , motive Nathalie Muylle, ne connaissant pas l’évolution du traitement.

Elle a assuré que le Fonds mettait tout en œuvre pour traiter les demandes dans un délai raisonnable, dix personnes anciennement employées par Thomas Cook ayant déjà été recrutées à cet effet.

Cette équipe devrait s’étoffer de cinq nouvelles recrues « dans les prochains jours« , permettant aux remboursements de débuter.

La prise de contrôle d’un certain nombre d’agences de voyage ne changerait rien à cette situation, relativise la ministre fédérale, à moins que l’acquéreur Wamos ne décide de mettre en place une action commerciale en faveur des voyageurs touchés par la faillite.

Il serait enfin trop tôt pour faire une déclaration sur l’impact possible de la faillite de Thomas Cook sur les prix du marché. Les catalogues des prochaines, dans lesquels les prix auront été calculés, n’étant attendus que pour dans quelques semaines.