Le coronavirus fait perdre des milliards au secteur événementiel belge

La crise sanitaire du coronavirus touche de plein fouet le secteur événementiel. Une perte qui se chiffre en milliards d’euros d’après une enquête nationale menée par le centre d’expertise Public Impact de la Haute Ecole KdG.

Avec une perte de chiffre d’affaires de 54% en 2020, par rapport à 2019, le secteur événementiel belge va faire face à de graves problèmes financiers. Selon l’enquête, les organisateurs d’événements estiment la perte à 1,3 milliard d’euros alors que les fournisseurs d’événements s’attendent à perdre plus de 3,6 milliards d’euros.

On estime déjà qu’il n’y aura pas de revenus pour la plupart des entreprises pendant au moins six mois ”, explique Bruno Schaubroeck, porte-parole de la Corona Task Force du secteur de l’événementiel . Un coup dur pour les 80.000 personnes employées par le secteur en Belgique, avec environ 77.000 événements chaque année.

Un effet post-corona

A la différence de l’horeca, le secteur de l’événementiel ne peut pas redémarrer du jour au lendemain, une fois les mesures de confinement levées. « Les événements ne peuvent pas simplement être relancés, et peut-être pas du tout comme ils l’étaient avant la crise », souligne Christine Merckx du centre d’expertise. « Il faut des mois de planification pour se remettre sur les rails et laisser les premiers événements avoir lieu. Il y a donc un grand besoin de mesures de soutien à long terme. »

Neuf organisations sur dix estiment que, dans la situation actuelle, elles ne peuvent pas continuer plus de six mois sans devoir faire face à des ennuis financiers. Fin mars 2020, pas moins de 65 % de ces organisations pensaient que les mesures de soutien actuelles ne seraient pas suffisantes. 

Le secteur tire donc la sonnette d’alarme. Si des mesures “plus fortes” ne sont pas prises rapidement, de nombreuses entreprises vont mettre la clé sous le paillasson, de nombreux indépendants vont faire faillite.