Le Brexit pèse positivement sur les taux d’emprunt en zone euro

Les taux d’emprunt en zone euro se sont un peu repliés mercredi, les investisseurs adoptant une position attentiste face au possible report du Brexit et avant une réunion de la Banque centrale européenne.

« Le mouvement n’est pas très significatif. Il ne se passe rien, ce qui a plutôt tendance à faire légèrement baisser les taux », explique à l’AFP Marie-Anne Allier, gérante obligataire chez Carmignac.

« Il n’y a pas de grande conviction qui se dégage. Les investisseurs sont en attente » sur le dossier du Brexit comme sur le front commercial sino-américain avec son lot « de bonnes nouvelles d’apaisement ».

« Les marchés ont écarté le risque du Brexit sans accord. Ils sont certains qu’il y aura un accord. C’est encore une question de temps, mais trois mois de plus ou moins quand on investit à long terme, ça ne change pas la face du monde« , a indiqué Mme Allier.

L’Allemagne ne s’opposera pas à un troisième report de la date de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue en principe pour le 31 octobre. La France est prête à un report « technique » du Brexit de « quelques jours ».

La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, la dernière présidée par Mario Draghi, plaide également pour moins de prises de risque des opérateurs de marché.

L’heure sera au bilan de M. Draghi et au passage de témoin: fin octobre, c’est la Française Christine Lagarde qui lui succèdera, première femme à occuper le poste au coeur du pilotage de la zone euro.

« Personne ne s’attend à ce qu’il annonce des choses. Il répondra peut-être à des questions sur les dissensions au sein de la BCE » sur la politique à mener face aux difficultés de la zone euro, selon Mme Allier.

Le gouvernement allemand a désigné mercredi l’économiste Isabel Schnabel comme candidate pour entrer au directoire de la Banque centrale européenne, où elle remplacera sa compatriote Sabine Lautenschläger qui va quitter fin octobre l’institution, officieusement en raison de son désaccord persistant avec le cours expansif de la politique monétaire menée par Mario Draghi.

« Isabel Schnabel sera plutôt à même de faire admettre aux Allemands les politiques non conventionnelles de la BCE. C’est une bonne nouvelle« , a affirmé Mme Allier.

A 18H00, le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne (Bund) a baissé à -0,395% contre -0,372% mardi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France est également descendu à -0,095% contre -0,069%, tout comme celui de l’Espagne à 0,244% contre 0,255%.

Celui de l’Italie s’est en revanche un peu tendu à 0,933% contre 0,920%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à 10 ans s’est détendu à 0,681% contre 0,707%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans reculait légèrement à 1,748% contre 1,760%, celui à 30 ans se repliait à 2,233% contre 2,252%. Le taux à deux ans s’affichait pour sa part à 1,580% contre 1,594%.