L’aide européenne refusée aux travailleurs wallons de Carrefour Belgique: « C’est une honte pour le Conseil » (Mise à jour)

L’aide européenne de 1,6 million d’euros visant à soutenir 400 anciens travailleurs wallons licenciés par Carrefour Belgique dans la recherche d’un nouvel emploi a été approuvée jeudi en plénière du Parlement européen à une très large majorité (558 pour, 63 contre et 43 abstentions), envoyant un signal fort aux États membres (Conseil) qui la bloquent. L’intervention du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) avait été sollicitée par la Région wallonne. Elle représente 60% d’un plan global de 2,7 millions d’euros élaboré par le Forem.

Mais elle est actuellement bloquée au niveau des États membres, qui n’ont pas réuni la majorité qualifiée requise pour l’approuver. Certains pays ne semblent pas reconnaître la concurrence de l’e-commerce comme un effet néfaste de la mondialisation sur l’emploi dans la grande distribution.

Le Forem, épaulé par la représentation belge auprès de la Commission européenne, a donc revu sa copie pour y apporter des informations complémentaires, a assuré mercredi la ministre wallonne de l’Emploi, Christie Morreale (PS).

Selon la cellule communication du Parlement, le dossier sera de nouveau soumis au Conseil européen pour une décision définitive.

Juste avant le vote des eurodéputés en plénière jeudi, José Manuel Fernandes (PPE), le rapporteur portugais du dossier, a fait un discours enflammé. « Pour la première fois, le Conseil a refusé l’octroi d’une aide du FEM. C’est une honte pour le Conseil », s’est-il emporté. « Le FEM est fait pour aider les gens qui ont perdu leur emploi. Dans ce cas-ci, on parle de plus de 1000 citoyens belges dont 80% ont plus de 55 ans (Carrefour Belgique avait licencié 1019 personnes lors de sa restructuration l’an dernier, NdlR). De plus, la mobilisation de ce fonds servira à aider 300 jeunes de moins de 25 ans qui ne sont ni en formation ni au travail ni à l’école. »

L’eurodéputé portugais a conclu son allocution sous les applaudissements en déclarant : « Il y a une cacophonie et une division totales au sein du Conseil, avec des Etats membres qui ont voté pour, d’autres contre et d’autres qui se sont abstenus. Je vous invite tous à montrer votre union et à voter favorablement. Au moins, les citoyens peuvent faire confiance au Parlement qui respecte l’état de droit, les droits des citoyens et les règles ».