La province de Liège souffre de la pénurie dans le secteur de la construction

Selon une enquête de la Confédération de la construction wallonne, les entreprises en province de Liège sont celles qui éprouvent le plus de difficulté à recruter des travailleurs qualifiés. Ainsi, sur les 39 métiers génériques identifiés dans le secteur de la construction, 31 sont en tension de recrutement en province de Liège, a relevé mardi Salvador Alonso Merino, secrétaire régional CSC Bâtiments-Industrie et Energie. 

Si de manière générale, le secteur de la construction peine à engager des ouvriers qualifiés en Wallonie, où l’on dénombre 5.000 emplois vacants, c’est la province de Liège qui est la plus touchée selon une enquête de la Confédération de la construction wallonne.

En effet, sur les 39 métiers génériques identifiés dans le secteur de la construction, 31 sont en tension de recrutement en province de Liège, c’est-à-dire en pénurie ou pour lesquels les entreprises connaissent des difficultés à recruter. On relève également qu’en province de Liège, c’est l’arrondissement de Verviers qui est le plus touché avec 19 métiers en tension de recrutement contre respectivement 8 et 4 pour les arrondissements de Liège et Huy-Waremme.

Concernant l’arrondissement de Verviers, il n’est pas à exclure le fait que bon nombre d’ouvriers se déplacent vers la partie germanophone du pays ou le Luxembourg où les conditions de travail semblent plus intéressantes.

« La moyenne d’âge dans le secteur pour les ouvriers est de 39,5 ans. Et dans les grandes entreprises, cette moyenne d’âge varie entre 43 et 49 ans. Il y a donc un enjeu pour ces entreprises de recruter de jeunes travailleurs, d’autant que les projections du bureau du Plan indiquent qu’il y aurait deux fois plus d’emplois vacants dans les prochaines années », souligne Salvador Alonso Merino.

Alors que la Confédération de la construction wallonne explique que le problème réside dans le fait que les profils des candidats ne correspondent pas aux besoins des employeurs, la CSC estime que la mauvaise image qui continue d’être véhiculée sur les métiers de la construction peut également expliquer cet état de pénurie.

« Avec le développement de nouvelles technologies, on va vers de nouveaux métiers. C’est un secteur en pleine évolution avec de nouvelles compétences », relève le secrétaire régional CSC. « S’il faut une révolution culturelle par rapport à l’image que l’on peut avoir du secteur, il faut certes aussi améliorer les conditions de travail, même si des avancées ont été obtenues dans le cadre des récentes négociations sectorielles« .

La CSC estime donc qu’il convient d’améliorer davantage la prise en charge des jeunes au sein de l’entreprise. Sachant que 98% des entreprises de la construction en province de Liège sont des petites, voire très petites, entreprises où il n’y a pas de représentation syndicale, la CSC organise ce 16 octobre une journée « chantiers » visant à aller à la rencontre des travailleurs pour les informer de leurs droits.