La plateforme de cryptomonnaies CoinFlex suspend tous les retraits de fonds

La plateforme d’échanges de cryptomonnaies CoinFlex a annoncé jeudi la suspension de tous les retraits de fonds, citant des « conditions de marché extrêmes » et le risque financier lié à un client, nouvel épisode d’une séquence tumultueuse pour le secteur des devises numériques.

Interrogé par l’AFP quant à la valeur des actifs soumis à cette suspension, CoinFlex, dont le siège est officiellement situé à Mahé (Seychelles), n’a pas donné suite. Sur son site, la société indique qu’en janvier, la plateforme a atteint 1.000 milliards de dollars de transactions depuis sa création.

Dans un billet de blog, le directeur général Mark Lamb a également indiqué que les échanges de la cryptomonnaie lancée par CoinFlex, le Flex, étaient suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Cette décision intervient dix jours après une annonce similaire d’une autre plateforme crypto, Celsius Network, qui revendiquait 11,8 milliards de dollars d’actifs sous gestion mi-mai. Vendredi dernier, c’est l’acteur asiatique Babel Finance qui avait, à son tour, bloqué tout retrait de sa plateforme.

La forte baisse de la plupart des cryptomonnaies depuis début juin a secoué le milieu, notamment les plateformes qui proposent de prêter ou d’emprunter des cryptomonaies, ce qui est le cas de CoinFlex, Celsius et Babel Finance. Ces violentes fluctuations font, en effet, évoluer brutalement la valeur des prêts ainsi que des actifs déposés en garantie de ces crédits, souvent des cryptomonnaies.

Appels de marge

Ces variations déclenchent notamment des appels de marge, ce qui signifie que les garanties apportées pour un prêt ne sont plus suffisantes et que l’emprunteur doit les augmenter, ce qui peut le mettre sous pression financière.

La nécessité pour les opérateurs soumis à des appels de marge de trouver rapidement des fonds et la montée d’un climat de méfiance lié aux turbulences du marché peuvent déclencher des retraits massifs, comme c’est parfois le cas en cas de crise bancaire.

Pour les empêcher et stabiliser leur situation financière, les plateformes sont parfois amenées à suspendre les retraits.

« Nous nous attendons à pouvoir permettre de nouveau les retraits dès que possible », a assuré Mark Lamb, de CoinFlex, dans son message, estimant cette échéance au 30 juin.

Le dirigeant a aussi affirmé que le client qui faisait l’objet « d’incertitude » n’était pas Three Arrows Capital, une société d’investissement alternatif spécialisée dans les cryptomonnaies basée à Singapour, en situation délicate après avoir enregistré de lourdes pertes liée à la correction du marché.

Le marché des prêts en cryptomonnaie n’est, pour l’instant, pas régulé. Lundi, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a appelé l’Union européenne à encadrer ses pratiques en renforçant la réglementation européenne sur les cryptomonnaies, qui doit prendre effet en 2024.