La justice allemande donne trois mois à la BCE pour justifier son programme anti-crise

La Cour constitutionnelle allemande a exigé mardi que la Banque centrale européenne justifie dans les trois mois la conformité de ses vastes rachats de dette à son mandat, dans un arrêt retentissant aux implications incertaines.

La puissante Banque centrale allemande se verra interdire de participer à ce programme anti-crise, qui a encore gagné en ampleur en raison de la pandémie de coronavirus, si « le Conseil des gouverneurs de la BCE » ne démontre pas « de façon compréhensible et substantielle » qu’il n’a pas outrepassé les traités européens, a décidé la juridiction suprême allemande.

Le programme de rachat de la BCE, destiné à stimuler l’économie, a débuté en 2015 et a été interrompu à la fin de 2018. À son apogée, la BCE a acheté 60 milliards d’euros de titres de créance chaque mois, pour un total de 2,1 billions (2 100 milliards) d’euros. L’Allemagne a toujours été critique à l’égard de cette politique monétaire accommodante.