La colocation, une question de droit complexe : « Face au vide législatif, beaucoup d’acteurs ne savent pas ce qu’ils doivent faire »

Libre Immo : Le dossier Ancêtre du coliving, cette forme d’habitat devenue phénomène de société n’est pas encore pleinement encadrée à Bruxelles et en Wallonie.

Sur appartager.be, Colocimmo.com, Skot.be, Nestpick et autres portails web, les petites annonces de colocation se comptent par milliers à Bruxelles et dans les grandes villes du pays. Longtemps appréciée des étudiants, elle a depuis gagné d’autres couches de la population, jeunes actifs ou travailleurs plus âgés en recherche de lien social. Ainsi, en 2018, on estime qu’11 % des logements bruxellois se sont loués à des colocataires. Si on envisage les seuls logements nouvellement emménagés, ce chiffre passe à 18 %. « De nombreux bailleurs sont intéressés par la colocation. Nous avons de plus en plus de dossiers de ce type depuis trois ans« , introduit Ulrich Carnoy, cofondateur du cabinet Carnoy Avocats, spécialisé en droit immobilier.