La balance commerciale UE-USA penche toujours en faveur de l’Europe

Placements & Marchés

Selon les chiffres publiés vendredi par Eurostat, la balance commerciale de la zone euro vers le reste du monde restait excédentaire en juin 2019. Les exportations de biens étaient toutefois en baisse de 4,7% par rapport à juin 2018, s’établissant à 189,9 milliards d’euros. Les importations ont elles aussi chuté, de 4,1% par rapport à un an auparavant, à 169,3 milliards d’euros. L’excédent commercial enregistré par la zone euro en juin était donc de 20,6 milliards d’euros.

Quand à l’Europe des 28, elle affichait également en juin un excédent commercial avec le reste du monde, se montant à 6,1 milliards d’euros. Par contre, sur le premier semestre 2019, l’UE accusait un déficit commercial de 9,1 milliards d’euros, ayant importé plus de biens qu’elle n’en a exporté.

Si l’on regarde de plus près le détail de l’import-export européen, l’on constate que, malgré les « efforts » du président américain Donald Trump pour rééquilibrer les échanges avec l’Europe, à coups de taxes douanières, la balance commerciale USA-UE penche toujours en faveur de l’Europe. Au premier semestre de cette année, les exportations de biens européens vers les États-Unis ont augmenté de près de 11% par rapport au premier semestre 2018. Si les importations de marchandises américaines par l’UE ont aussi cru de 10,6%, l’excédent commercial européen s’établissait à 74,6 milliards d’euros sur cette période.

Déficit avec la Chine

L’autre grand partenaire commercial de l’Europe, la Chine, s’en tire beaucoup mieux que son rival américain. L’Europe des 28 accuse en effet un lourd déficit commercial avec les Chinois, qui s’est creusé en un an, passant de 81 milliards d’euros au premier semestre 2018 à plus de 90 milliards à la même époque cette année.

Quant à la ventilation de ces statistiques par type de produit, elle révèle que l’UE importe massivement de l’énergie venant du reste du monde, pour près de 194 milliards d’euros les six premiers mois de cette année, alors que ses exportations énergétiques ne se montent qu’à 53 milliards d’euros. Parmi les produits européens les plus vendus à l’étranger répertoriés par Eurostat, on trouve les machines et véhicules (404,7 milliards d’euros, en croissance de 2,8 % sur un an) et les produits chimiques (191 milliards d’euros, + 7%).