La 5G américaine encore loin des promesses du marketing

« La 5G pourrait ajouter 1.500 milliards au PIB américain sur les cinq prochaines années », indique Jefferson Wang, directeur de la stratégie 5G chez Accenture.

Les premiers smartphones adaptés à la dernière génération de téléphonie mobile ultra-rapide sont sortis mi-2019, chez Samsung et Huawei. Apple s’est lancé à l’automne dernier.

La 5G se généralise donc sur les téléphones, mais cela ne signifie pas que leurs utilisateurs peuvent immédiatement télécharger des vidéos avec des vitesses d’1 gigaoctet par seconde, à moins d’avoir un abonnement Verizon et de se trouver dans la bonne ville et le bon quartier, pile au bon coin de rue.

Cet opérateur a choisi d’investir d’abord dans les ondes millimétriques: Ce sont les plus rapides mais elles ne se propagent pas loin et sont limitées par toutes sortes d’obstacles (les murs, la pluie…).

Ses concurrents T-Mobile et AT&T parient de leur côté sur les basses et moyennes fréquences. Plus elles sont basses, plus elles couvrent un territoire étendu, et plus la vitesse diminue. Les déploiements ont progressé en 2020, mais certains appels d’offre sont toujours en cours.

« Pas assez sexy »

Cela n’a pas empêché AT&T de baptiser « 5G E » son réseau 4G amélioré, depuis deux ans. Une stratégie marketing largement critiquée: les consommateurs ont des mobiles ultra performants et le sigle « 5G », mais le débit ne suit pas.

« Aujourd’hui on tourne des vidéos en 4K sur son smartphone et on veut les mettre en ligne instantanément. Impossible avec la 4G, c’est comme de conduire une Ferrari dans les embouteillages », constate Alejandro Holcman, vice-président du fabricant de composants électroniques Qualcomm.

Il s’exprimait lors d’une table ronde au CES de Las Vegas, le salon annuel de l’électronique grand public qui s’est tenu en ligne cette semaine.

Depuis plusieurs années, les entreprises profitent de la grand-messe des technologies pour faire miroiter les innovations que la 5G et ses faibles temps de latence vont rendre possibles, des voitures autonomes aux drones connectés.

Hans Vestberg, le patron de Verizon, a ainsi annoncé lundi l’installation de la 5G ultra performante dans 28 stades de football américain cette année. Les fans pourront regarder les matchs en choisissant différents angles de caméra en direct et afficher des infos sur les joueurs en réalité augmentée.

« Mais on n’a pas besoin de la 5G pour ça, il suffit d’une connexion wifi », s’amuse l’analyste Carolina Milanesi, de Creative Strategies. « J’aimerais qu’on parle plus des bénéfices concrets: le réseau est plus fiable et plus performant avec une puce 5G, même en 4G. Mais ce n’est pas assez sexy ! »

Lunettes omniscientes

Dans un premier temps, la 5G risque de renforcer le contraste entre des centres-villes très bien desservis et des campagnes où on perd facilement toute connexion, même 3G. « 18% de la population américaine n’a pas accès au haut débit », a rappelé le consultant John Penney d’Elemental Content pendant le CES.

Les applications vont d’abord concerner les industriels, avec des réseaux 5G privés qui feront tourner des usines dites « intelligentes », par exemple.

Il sera plus difficile d’impressionner des consommateurs qui ont déjà des jeux vidéo, encyclopédies et assistants virtuels dans leur poche.

Mais la 5G pourrait, à terme, nous éloigner un peu de nos précieux combinés. Car elle doit faciliter l’avènement de l’informatique en périphérie (edge computing) – en clair, de plus en plus d’objets connectés, disposant de capacités d’intelligence artificielle, pourront traiter directement les informations.

Les caméras de sécurité feront elles-mêmes de la reconnaissance faciale. On pourra « identifier un criminel dans un aéroport où il y a des centaines de milliers de personnes », suggère Alejandro Holcman.

Après la décennie de la convergence – toutes les fonctions dans nos mobiles – nous entrons dans la décennie de la divergence, selon Accenture. Plus besoin d’emmener son téléphone partout: les montres, écouteurs et autres accessoires se suffiront à eux-mêmes.

« Par exemple, je croise Mélissa dans la rue. Mes lunettes m’informent que c’est Mélissa, qu’on s’est parlé il y a trois ans au CES et qu’elle est de Boston », imagine Jefferson Wang.