« Il faut trouver un coupable, mais le politique et les virologues ne vont pas rejeter la faute sur eux-mêmes. Donc, c’est vers les touristes qu’on se tourne »

Le secteur du tourisme en a marre d’être considéré comme le seul coupable.

Quand quelque chose ne va pas, il faut trouver un coupable. Et le politique et les virologues ne vont pas rejeter la faute sur eux-mêmes. Donc, c’est vers les touristes qu’on se tourne. « 

Secrétaire générale de l’Upav (Union professionnelle des agents de voyages), Anne-Sophie Snyers en a marre de voir des touristes et tout un secteur pris à partie au moindre rebond du virus. « S’il vous plaît, arrêtez d’essayer de trouver des coupables chez nous. Je rappelle que c’est le comportement face au virus qui compte, pas l’endroit où on se trouve. »

Un avis qu’on retrouve du côté de Pierre Fivet, administrateur et porte-parole de l’ABTO, l’Association Belge des Tour-Opérateurs. « Les voyages purement touristiques ont été très limités voire inexistants par rapport aux autres années. Les gens qui sont partis sont vus comme des criminels mais ce n’est pas très correct ! »