Hitachi cède des filiales pour plus de 5 milliards d’euros

Le géant industriel diversifié japonais Hitachi a annoncé simultanément mercredi la cession de deux importantes filiales pour un montant total de près de 600 milliards de yens (5 milliards d’euros).

Hitachi va vendre à son compatriote Fujifilm son activité de systèmes de diagnostics médicaux (appareils scanner, à résonance magnétique, à rayons X et ultrasons) pour 179 milliards de yens (1,5 milliard d’euros).

Hitachi, qui avait débuté dans le secteur avec les radiographies à rayons X en 1953, offre ainsi à Fujifilm (spécialiste entre autres des radios médicales) une belle consolation.

Fujifilm avait en effet été candidat malheureux au rachat de l’activité médicale de Toshiba obligé de céder ses bijoux de famille à cause d’un scandale financier. Toshiba avait préféré vendre à Canon.

« En appliquant ses technologies de traitement d’image et d’intelligence artificielle à la vaste gamme de produits Hitachi, Fujifilm va élargir son activité de systèmes médicaux et lui donner une nouvelle envergure en tirant parti de son solide réseau de vente mondial », a expliqué l’entreprise dans un communiqué.

Par ailleurs Hitachi a également annoncé accepter l’offre publique d’achat (OPA) que va lancer l’entreprise nippone Showa Denko sur sa filiale Hitachi Chemical. Hitachi en détient 51,3%.

Dans le cas où, conformément au plan, l’ensemble de ces titres seraient repris par Showa Denko, Hitachi empocherait 494 milliards de yens (4 milliards d’euros) et enregistrerait un gain exceptionnel de 278 milliards sur ses comptes consolidés.

Pour obtenir l’intégralité de Hitachi Chemical (le reste est principalement détenu par des institutionnels), Showa Denko pourrait débourser jusqu’à environ 960 milliards de yens (8 milliards d’euros).

Showa Denko est une firme japonaise qui oeuvre à la fois dans les secteurs des composants électroniques et de la chimie (dont la pétro-chimie).