Faire le plein au Luxembourg coûtera plus cher en 2020

Le Grand-Duché de Luxembourg a annoncé ce lundi une augmentation des tarifs de ses carburants l’an prochain afin d’atteindre ses objectifs en matière de réduction de CO2, une hausse qui pourrait porter un coup au « tourisme à la pompe » des frontaliers. 

« Le Grand-Duché du Luxembourg atteindra ses objectifs en matière de climat et d’énergie uniquement par des mesures ciblées dans le domaine de la vente des carburants routiers », indique un communiqué des trois ministères impliqués dans la mesure. La hausse des accises est prévue « entre février et avril 2020 ».

L’essence coûtera entre 1 et 3 centimes de plus et le diesel sera plus lourdement impacté avec une augmentation comprise entre 3 et 5 centimes.

« Les prix du diesel et de l’essence au Luxembourg se situant bien en-dessous de ceux des pays limitrophes, il est essentiel de diminuer progressivement les écarts de prix avec les pays voisins, afin de réduire les exportations de carburant », argumente le gouvernement luxembourgeois.

Le « tourisme à la pompe » représente en moyenne 80% des ventes de carburants dans le Grand-Duché depuis le début du siècle, selon l’institut de statistiques Statec. Mais depuis 2015 et la hausse de la TVA, le ratio est tombé à 77%.

Ce petit pays de 610.000 habitants compte 234 stations-services dont 60% à ses frontières.

Actuellement, le prix de l’essence est 37% plus avantageux au Luxembourg et même 42% pour le diesel par rapport à la France.

Selon le Groupement Pétrolier Luxembourgeois, le secteur pétrolier génère des revenus fiscaux d’environ 2 milliards d’euros par an au Luxembourg soit environ 3% de son PIB.