Engie Electrabel: la centrale des Awirs mise à l’arrêt dès le 1er septembre 2020

Entreprises & Start-up

L’unité 4 de la centrale des Awirs (Flémalle), reconvertie en centrale 100% biomasse, sera définitivement mise à l’arrêt dès le 1er septembre 2020. La décision est liée à la fin de la période d’octroi de certificats verts après le 31 août 2020, a-t-on confirmé mardi chez Engie Electrabel.

Alors que la centrale des Awirs avait bénéficié d’un sursis il y a quelques années à la suite de la révision du nombre de certificats verts, sa mise à l’arrêt définitive est désormais annoncée dès le 1er septembre 2020. Dans un courrier adressé notamment au SPF Economie, en juillet 2019, on indique que cette mise à l’arrêt est liée à la décision prise au niveau du gouvernement wallon « d’abandonner la piste des grandes unités biomasse comme contributeur aux objectifs de production d’énergie renouvelable de la Wallonie » ainsi qu’à la fin de la période d’octroi de certificats verts, « nécessaire afin de garantir la viabilité économique de la centrale » après le 31 août 2020.

« Dans ces conditions, des investissements importants nécessaires pour prolonger l’exploitation de la centrale n’ont pas été réalisés », précise la porte-parole d’Engie Electrabel.

Il apparaît dès lors que la centrale des Awirs, âgée de plus de 50 ans, ne pourra plus être exploitée « de manière sécurisée et fiable » au-delà du 31 août 2020.

Le site occupe encore à ce jour une cinquantaine de personnes. Il semble qu’un accord soit déjà intervenu avec les organisations syndicales. « Certaines personnes partiront à la pension tandis qu’un engagement a été pris pour les autres afin de leur trouver une nouvelle affectation en interne », souligne la porte-parole d’Engie Electrabel.

On précise toutefois que la mise à l’arrêt de la centrale des Awirs ne remet pas en question le processus d’évacuation des cendres volantes du terril du Hénâ, prévu sur une période de 10 à 15 ans. A l’époque du lancement du chantier, fin 2016, le terril comportait plus de 2 millions de tonnes de cendres. Celles-ci sont évacuées par bande transporteuse pour être acheminées par bateau vers des cimenteries, où elles sont valorisées. Selon Engie Electrabel, plus de 350.000 tonnes de cendres ont été évacuées à ce jour.

Pour la commune de Flémalle, l’arrêt de la centrale des Awirs représente une perte annuelle de l’ordre de un million d’euros.