En réorganisation judiciaire, le fournisseur de services internet EDPnet a des « dettes importantes » envers Proximus

Le fournisseur de services internet EDPnet, en proie à des difficultés financières, a des dettes importantes auprès de Proximus, chez qui il loue des capacités de réseau. C’est ce qu’a confirmé Fabrice Gansbeke, porte-parole de l’opérateur télécom. EDPnet fait actuellement l’objet d’une réorganisation judiciaire.

Mardi, le site d’information DataNews signalait qu’EDPnet avait demandé la protection de ses créanciers à la fin du mois d’octobre et que celle-ci court jusqu’au 15 décembre. Une réorganisation judiciaire par accord amiable est visée. Cela signifie trouver un accord avec les créanciers pour continuer les activités.

Assurer la continuité des services d’EDPnet

Proximus est précisément l’un de ces créanciers. EDPnet offre en effet ses services internet via le réseau de cet opérateur. Elle doit payer des tarifs de gros pour cela mais n’a donc pas respecté ses obligations. Proximus n’a pas précisé le montant exact de la dette. Il s’agirait toutefois d’une somme considérable.

Ce fournisseur de services internet est l’une des rares alternatives indépendantes aux grands acteurs que sont Proximus et Telenet sur le marché grand public. L’entreprise est bien établie et connue pour ses formules simples et ses prix bas pour l’internet fixe et la téléphonie mobile. Elle compte 46 000 clients pour l’internet fixe et quelque 20 000 pour la téléphonie mobile.

Ils ne sont pas affectés par la situation financière d’EDPnet pour le moment. Proximus dit en effet vouloir assurer la continuité des services. Elle suit toutefois l’affaire de près. « Et nous avons également informé le régulateur de manière régulière », précise Fabrice Gansbeke.