Désinfectants contaminés dans les hôpitaux: « Le fabricant n’a pas respecté la procédure », déplore l’agence fédérale belge

Il aura fallu plusieurs jours pour que l’alerte sur des désinfectants potentiellement nocifs produits en France franchisse la frontière belge. Une inquiétante lenteur dont notre autorité sanitaire, l’AFMPS, se dédouane en épinglant bel et bien la responsabilité du fabricant, l’entreprise lilloise Anios.

Des responsables hospitaliers ont dénoncé la semaine dernière l’amateurisme de l’entreprise Anios dont le produit vedette, le Surfa’Safe, faisait l’objet de mise en quarantaine en France. Comme l’indiquait La Libre, les couacs dans la communication du fabricant et de ses distributeurs locaux n’avaient pas permis à la demande de rappel mondial des produits d’arriver rapidement jusqu’à nos établissements de soins.

Les professionnels de la santé attendaient une communication officielle de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) qui a elle aussi inexplicablement tardé selon eux. Contactée par nos soins, l’AFMPS n’estime n’avoir rien à se reprocher et nous relaie l’analyse interne de ses experts d’après laquelle c’est bien le fabricant français Anios qui n’a pas respecté la procédure. Entretien.