Dans une gare de Bruxelles-Midi « fantôme », un premier commerce a fait faillite et combien d’autres vont suivre ?

Quand elle a ouvert son salon de coiffure, il était sans doute unique en son genre en Belgique : installé dans une gare, celle de Bruxelles-Midi. Seize ans plus tard, sa gérante Karine Gallo vient de faire aveu de faillite. C’est la première cessation de payement au sein des commerçants de la gare du Midi depuis le début de la crise du coronavirus. Sa clientèle, pourtant fidèle et qu’elle tient à remercier, n’est plus au rendez-vous. Les employés de bureau sont en télétravail. Les touristes ont disparu, les hommes et femmes d’affaire privés de voyages. Karine Gallo évoque « une gare fantôme ».