Crise du lait : Retour sur l’évolution des prix

Il y a dix ans, des agriculteurs se mobilisaient face à la crise du lait. Le 16 septembre 2009, plusieurs centaines d’entre eux avaient déversé dans un champ trois millions de litres de lait afin de réclamer une régulation de la production et des prix du lait couvrant leurs frais.

Dix ans plus tard, les prix se sont certes redressés, le prix du beurre (une composante du prix du lait avec celui de la poudre de lait) a même flambé fin 2017, mais tout n’est pas rose pour autant. Loin de là. « Le prix du lait est actuellement en train de rebaisser, il est entre 30 et 32-33 cent/le litre. Mais les coûts de production, en incluant un salaire à l’éleveur, sont de 43-45 cents. Sans salaire, c’est entre 30 et 33 cents, en fonction de la ferme. Aujourd’hui, on arrive juste à payer les factures mais si on veut une rémunération, on n’y est pas », résume Erwin Schöpges, président de l’European Milk Board, un syndicat regroupant 100.000 producteurs laitiers en Europe, à l’agence de presse belge.

Selon les calculs de la Confédération belge de l’industrie laitière (CBL), le prix du lait conventionnel (non bio) s’est élevé en 2018 en moyenne à 34,27 euros les 100 litres, ce qui représente une baisse de 7% par rapport au prix moyen de 2017. Ces 10 derniers années, la volatilité du prix du lait a été très grande.