Convoi de la liberté: qu’est-ce que l’application Zello, utilisée par les manifestants comme une sorte de talkie-walkie?

De passage à Paris ce week-end, le « Convoi de la liberté » convergeait vers Bruxelles ce lundi 14 février afin de protester contre le pass sanitaire et les différentes mesures adoptées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Organisé sur les réseaux sociaux, le mouvement s’inspire du « Freedom Convoy » canadien, qui bloque notamment les rues d’Ottawa depuis une dizaine de jours. A l’instar de leurs homologues canadiens, les manifestants belges et français utilisent également en masse l’application « Zello » pour communiquer entre eux. D’où vient cette application et comment fonctionne-t-elle?

Conçue en 2011 à Austin (Texas) par Alexey Gavrilov, cette messagerie cryptée est régulièrement utilisée lors de crises sociales ou de révoltes populaires. Elle a par exemple été utilisée par de nombreux Américains lors de l’ouragan Irma qui a touché la Floride en 2017 ou lors de la crise au Venezuela, renseigne le Huffington Post.

Convoi de la liberté: qu'est-ce que l'application Zello, utilisée par les manifestants comme une sorte de talkie-walkie?
©D.R

Facile d’utilisation, elle nécessite seulement une connexion internet ou un accès aux données cellulaires et il est possible de créer un compte en quelques clics à l’aide d’une adresse email. Zello fonctionne sur le principe du « push-to-talk » (appuyer pour parler, ndlr), comme une sorte de talkie-walkie: en appuyant sur un gros bouton cerclé de rouge, l’utilisateur peut communiquer avec les autres membres du canal par message vocal, un avantage pour certains manifestants qui sont au volant de véhicules. L’envoi d’images et de textes est également possible.

Convoi de la liberté: qu'est-ce que l'application Zello, utilisée par les manifestants comme une sorte de talkie-walkie?
©D.R

150 millions d’utilisateurs à travers le monde

Via cette application, les protestataires s’organisent et s’informent, par exemple sur les barrages mis en place par la police ou sur les lieux de rassemblements. Selon la RTBF, qui a infiltré la discussion liée aux manifestations de ce lundi, le ton est parfois monté entre les utilisateurs du canal, certains s’en prenant aux trolls ou aux journalistes qui veulent faire fuiter les informations, alors que d’autres appellent au calme.

L’application compte actuellement plus de 150 millions d’utilisateurs et est présente dans 200 pays du globe. Elle est téléchargeable sur Apple ou Androïd.