30 millions d’aides publiques pour sauver RTL TVI, qui devra se soumettre à une série d’engagements (Mise à jour)

Le conseil d’administration de RTL Belgium a décidé de faire revenir la chaîne privée dans le giron de la Fédération Wallonie-Bruxelles, relaie l’Echo.

RTL TVI, qui était installée au Luxembourg depuis près de 15 ans, devrait opérer son retour en Belgique prochainement. C’est du moins ce que semble avoir décidé le groupe RTL Belgium, dont la chaîne devrait, à terme, dépendre de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

Ce retour sous pavillon belge permettra à RTL-TVI de bénéficier d’une aide publique de la FWB, ce qui était jusqu’ici difficilement possible alors que trois de ses chaînes étaient sous drapeau luxembourgeois (TVI, Plug et Club RTL sont exclusivement luxembourgeoises depuis 2006).

Appelé de longue date par le CSA, qui déplorait que les chaînes télévisées de RTL Belgium échappent à la législation en vigueur en FWB, le retour du groupe en Belgique pourrait lui donner la possibilité d’éviter de s’enfoncer dans la crise financière post-Covid, alors que les craintes d’un nouveau plan social, qui coûterait des emplois ainsi que des rendez-vous télévisuels, étaient réelles.

Baisse du chiffre d’affaires de 30 millions d’euros

Un projet de convention entre RTL Belgium et la Fédération Wallonie-Bruxelles va être négocié. La baisse du chiffre d’affaires, estimée à plus de 30 millions d’euros pour l’exercice 2020, laissant présager des pertes d’emplois et un probable impact sur la qualité de l’offre, a dès lors retenu l’attention du Gouvernement de la FWB qui a décidé d’apporter un soutien à RTL Belgium dans le cadre de la crise sanitaire.

Si cette convention est conclue, RTL devra se soumettre à une série d’engagements tels que le maintien de l’emploi, le refus de verser des dividendes à ses actionnaires ainsi qu’un engagement en matière d’accessibilité des programmes. La Fédération Wallonie-Bruxelles s’engage à couvrir les pertes estimées à plus de 30 millions d’euros pour l’exercice 2 020. L’aide prévue sera étalée sur quatre ans. “Ce plan permettra d’avoir une vue clair de l’impact des subsides puisque les pertes sont principalement liées une baisse de revenus publicitaires”, détaille le cabinet de la ministre des médias, Bénédicte Linard. Cette aide est indépendante des subsides octroyés à la presse et de l’enveloppe de 4 .930. 000 € débloquée pour faire face à la crise.

Il se murmure que cette aide d’État a fait l’objet d’un lobbying intense de la part de l’entreprise auprès de la classe politique divisée sur la question. Certains semblaient avoir des réticences à accorder une aide publique à une entreprise privée même si le gouvernement rappelle que la décision est issue d’un consensus entre PS/MR/Ecolo. “Ce retour est important pour préserver le pluralisme des médias”, ajoute le cabinet en charge des médias.

RTL s’est, à ce stade, refusée à tous commentaires.