XV de France: «On a échangé», Guirado revient sur sa vraie-fausse destitution en tant que capitaine

Le capitaine du XV de France Guilhem Guirado lors de la déroute française en Irlande, le 10 mars 2019. — DAMIEN MEYER / AFP

Il avait senti venir la tempête, alors il a préféré prendre les devants. Guilhem Guirado, à qui Jacques Brunel aurait demandé de laisser tomber le brassard de capitaine du XV de France après la fessée en Angleterre (44-8) il y a un mois, selon L’Equipe, a commencé sa conférence de presse par une déclaration ce vendredi. La voici (presque) en intégralité :

« Je tenais à préciser comment ça s’est déroulé à la suite du match en Angleterre, car je sais qu’il y aura beaucoup de questions par rapport à ça. Il y a eu une grosse remise en question, que ce soit au sein du staff, des joueurs, de la relation des joueurs avec le staff. Tous les problèmes ont été mis sur la table et, forcément, le rôle du capitaine a été évoqué avec Jacques (Brunel), par rapport à la charge, la lourdeur de ce que ça représentait. On a échangé. Il m’a maintenu sa confiance, et hier il vous a annoncé que j’allais rester capitaine (jusqu’à la Coupe du monde au Japon qui commence le 20 septembre). C’est quelque chose qui a été éclairci, qui s’est passé il y a plus d’un mois. Le plus important c’est le match de demain. C’est ce qui m’intéresse le plus. Merci. »

Cela n’a pas empêché les journalistes de le relancer sur le sujet, bien sûr. Notamment sur la manière dont il avait vécu ces moments. Mais Guirado a tout de suite replacé le débat sur le match qui attend les Bleus samedi, contre l’Italie, pour la dernière journée du Tounoi des VI Nations. « C’était il y a plus d’un mois, beaucoup de choses se sont passées depuis. Je suis plus concentré sur le match de demain et surtout cette remise en question par rapport au match de l’Irlande », a-t-il balayé.

L’objectif du capitaine est de voir son équipe relever la tête et finir le Tournoi sur une bonne note, après la leçon de rugby prise à Dublin. « J’attends énormément de mes coéquipiers, a prévenu le pilier. J’espère surtout qu’on arrivera à bien rentrer dans le match et se rassurer, parvenir à tenir le ballon. On est quand même plus dangereux comme ça. »

Guirado a conclu sa conférence de presse avec les traditionnelles « valeurs », avec du combat, de l’engagement, de l’honneur et de la fierté dedans. Il a insisté sur le fait que les Bleus avaient « beaucoup de choses à se faire pardonner », et est convaincu que le XV de France va faire un gros match. Ça ne suffira pas à tirer du positif de ce Tournoi, mais pourquoi pas.

0 partage